empailler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé de paille avec le préfixe en- et le suffixe -er.

Verbe [modifier le wikicode]

empailler transitif \ɑ̃.pɑ.je\ 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’empailler)

  1. Garnir de paille.
    • Empailler des chaises.
  2. Envelopper de paille.
    • Il faut bien empailler ces ballots, ces boîtes, ces porcelaines.
  3. (En particulier) (Jardinage) Mettre de la paille autour d’une plante, d’un jeune arbre.
    • Empaillez vos rosiers.
  4. Remplir de paille.
  5. (Par extension) Préparer des animaux morts de manière à leur conserver plus ou moins l’apparence de la vie.
    • On empaille la peau d’animaux rares qu’on veut conserver.
    • (Figuré) (Ironique) Mais pour qu'une grammaire française soit respectée, il faut premièrement que la langue française continue à être employée et, ceux qui s'efforcent de l'empailler en conviendront, cette condition suppose l'existence d'un certain nombre de Français. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  6. (Argot) Tromper, escroquer.
    • Ce bon ménage d’effondrés ne nous empaillerait pas sur les bords ? — (Frédéric Dard, Moi, vous me connaissez ?, Fleuve noir, Paris, 1971)
  7. (Pronominal) Débattre vivement, sans courtoisie.
    • Ainsi, tandis qu’on s’empaillait encore à propos de Mitterrand, on faillit ne pas entendre le ministère suisse de la Justice confesser en douce, […], que c’est bien lui qui avait balancé Polanski à son homologue US, et non l’inverse. — (Pierre Marcelle, Nos élites et leurs zélotes, "Libération", samedi 24 octobre 2009)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]