espoir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1155) Déverbal de espérer, formé sur les anciennes formes fortes du verbe : (j')espoir, (tu) espoires, (il) espoire.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
espoir espoirs
\ɛs.pwaʁ\

espoir \ɛs.pwaʁ\ masculin

  1. Fait d’espérer. — Note d’usage : Pour ce sens, ce mot est rare au pluriel ; on le dit pourtant quelquefois dans la poésie et dans le style soutenu.
    • Et l'on voit arriver le petit jour. Nos yeux se remplissent d’espoir, nous ne sommes qu'à un kilomètre du dégrad. — (Albert Londres, L'Homme qui s'évada, p.95, Les éditions de France, 1928)
    • A peine en a-t-il prévenu Barth que, gadouilleux et crotté, il cingle vers le Normandy avec la détermination d’un coureur olympique en espoir de médaille d’or. — (Françoise Dorin, La mouflette, J’ai lu, 1996, page 107)
    • L’espoir qui le flatte.
    • Je n’ai d’espoir qu’en vous.
    • L’espoir de réussir, d’une récompense.
    • C’est là mon dernier espoir.
    • De longs, de doux, de vains espoirs.
    • Quittez le long espoir et les vastes pensées. — (la Fontaine)
  2. (Par extension) La chose espérée.
    • La Nouvelle Cuisine, c'était un espoir, un dépoussiérage pour une gastronomie qui était rétrograde et cependant leader dans le monde. — (Emmanuel Rubin, avec ‎Aymeric Mantoux, Délices d'initiés : Dictionnaire rock, historique et politique de la gastronomie, éd. Don Quichotte, 2013)
  3. (Par extension) Personne en laquelle on espère.
    • Autour de Monsieur se groupaient quelques gentilshommes, factieux, avides, remuants, qui ne pouvaient grandir et s’enrichir que par le désordre. Le duc d’Orléans était leur garant, leur pavillon, leur espoir. — (Auguste Bailly, Mazarin, Fayard, 1935, p.104)
Note[modifier]
Les mots « espoir » et « espérance » se confondent facilement ; il existe cependant une nuance. « Espoir » est le substantif du verbe « espérer », sans aucun suffixe, comme « garde » l’est de « garder », et par conséquent équivaut exactement à l’infinitif pris substantivement ; l’espoir ou le fait d’espérer. « Espérance » dérive du participe présent du verbe « espérer ». « Espoir » a donc un sens plus général, voire plus indéterminé qu’« espérance ».

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]