huir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Variante de huer.

Verbe [modifier le wikicode]

huir \ɥiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Crier en parlant de certains oiseaux comme les faucons crécerelles et crécerellettes ou le milan.
    • Alors un faucon qui huit ou un renard qui glapit, c'est d'un commun. — (Thmar, sur le forum Recherche d'une macro, du site Blizzard Entertainment, Inc. (https:/ /eu.battle.net), 21 févr. 2011)
    • À ce sujet, saviez-vous que les mésanges et les fauvettes zinzinulent, que les pinsons fringottent, ramagent et sifflent, que les pics picassent et pleupleutent, que les rossignols chantent, gringottent, quirittent et trillent, que les moineaux chuchetent, chuchotent et pépient, que les alouettes grisollent, tire-lirent et turlutent, que les huttes pupulent et puputent, que les geais cageolent, cajactent, cajolent, cocardent, frigulotent, fringotent et gajolent, que les perdrix brourient, cacabent, gloussent, pirouittent et rappellent, que les hibous bouboulent, bubulent, huent, ululent, hululent, miaulent et tutubent, que les chouettes hululent, huent et chuintent, que les merles babillent, flûtent et sifflent, que les tourterelles gémissent, que les pigeons caracoulent, jabottent et roucoulent, que les faucons huissent et réclament, que les éperviers glapissent, piralent et tiraillent, que les bécasses croûlent, que les étourneaux pistolent, que les milans huissent, que les corneilles babillent, corbinent, craillent, criaillent et graillent, que les corbeaux croassent, que les faisans criaillent, glapissent et piaillent ou que le circaète reste silencieux (sauf durant la période de nidification) ? — (Pierre-Paul Fourcade, Message n°2110, sur le site de La Chaslerie - Domfront-en-Poiraie (Orne) (www.chaslerie.fr), le 14 mai 2011)
    • Un cri horripilant, où il y avait tout à la fois un lion qui rugissait, un chat qui miaulait, un milan qui huissait, un humain qui souffrait, vibra dans l’air ambiant durant dix-huit jours… — (Georges Perec, La Disparition, Gallimard, Paris, 1969)
    • L'obscurité était tombée et j'envisageais de redescendre au campement lorsque j'ai entendu huir les jeunes faucons. Le vent avait faibli et j'entendais donc parfaitement. — (Dan O'Brien, Rites d'automne, éditions Au diable vauvert, Folio, 2009, traduction par Laura Derajinski, page 20)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’onomatopée hue.

Verbe [modifier le wikicode]

huir \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Huer ; couvrir de huées.

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Espagnol[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Anciennement fugir, du latin fŭgĕre.

Verbe [modifier le wikicode]

huir \Prononciation ?\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Fuir.