menacer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin populaire *mināciāre dérivé de mināciae (« menaces ») qui a supplanté le latin minari (« menacer »). La forme gallo-romaine manatiat (qui est pour minātur) donne le roumain ameninţa ; l’italien minacciare, le catalan amenaçar, l’espagnol amenazar et le portugais ameaçar.
Il est apparenté à imminent.

Verbe[modifier]

menacer \mə.na.se\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire des menaces.
    • Les fusils s'abaissent simultanément, nous menaçant de leurs bouches noires qui vont cracher du feu et du plomb... (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 47)
    • Il ne leur donna qu’un délai d'un mois pour quitter le pays. Les retardataires étaient menacés d’être mis à mort. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Absolument) Il jure, il menace.
  2. (Par extension) Pronostiquer, faire craindre quelque malheur, quelque accident peu éloigné.
    • À l’autre bout de la table […] se carre le voyageur allemand, […]. Il a cet air sui generis des officiers de la landsturm que menace une obésité précoce. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Non contents de traquer les fourrageurs et d'enlever les hommes isolés, les Indiens commençaient à menacer ouvertement la place. (Washington Irving, Voyages et découvertes des compagnons de Colomb, Paris : librairie Hachette & Cie, 3e éd., 1893, chap.6)
    • Une longue période d’admiration pour l’art médiéval et de mépris pour les temps voltairiens sembla menacer de ruine l’idéologie nouvelle ; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Il n'est point pressé de conquérir les sommets. Si le temps menace, il n'attend pas l’averse, il redescend à l'auberge où il se met à la chotte. (La Semaine littéraire, 1908, vol.16, p.254)
  3. (Figuré) & (Poétique) Sembler pouvoir atteindre, en parlant des chose élevées.
    • Ces montagnes, ces arbres, ces tours menacent le ciel, les cieux.


être menacé

  1. Avoir à craindre d’être atteint prochainement.
    • Avant la révocation de l'Édit de Nantes, une idée domine chez tous les prédicateurs réformés : la défense de leur Église et de ses doctrines. Les réformés étaient menacés de plusieurs manières, et la lutte était pour eux une nécessité; […]. (Alexandre Rodolphe Vinet, Histoire de la prédication parmi les réformés de France au dix-septième siècle, Paris : chez les éditeurs, 1860, p.621)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]