nègre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : negre

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1529) De l’espagnol negro (« noir, personne de race noire »), du latin niger (« noir ») ; (1704) « noir employé comme esclave » ; (1757) « écrivain dont les ouvrages sont signés par un autre » ; (1759) emploi adjectival « de race noire » ; (1812) « travailleur acharné ou exploité » travailler comme un nègre ; (1857) « créole, mauvais français » parler nègre, petit nègre ; (1922) « africain » art nègre.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
nègre nègres
\nɛɡʁ\

nègre \nɛɡʁ\ masculin (équivalent féminin : négresse)

  1. (Histoire) Homme à la peau noire, originaire d’Afrique.
    • Il n’y a pas de nègres hors de la zône torride, et il est constant que plus on s’éloigne de cette région, où le soleil envoie ses rayons presque perpendiculairement, et plus le teint devient de moins en moins noir. (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Plus loin, Marx nous fait voir comment l’aurore des temps modernes fut marquée par la conquête de l’Amérique, l’esclavage des nègres et les guerres coloniales. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La grève générale politique, 1908, p. 243)
    • Dans les rues se croisaient des Panamaniens bronzés de pure descendance espagnole, des nègres de la Jamaïque, de pittoresques Mexicains avec leur immense sombreros de paille multicolore. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le long des boutiques éclairées, des ombres se succédaient sans hâte. Il y avait des nègres, quelques Chinois, des blancs. Tous reluquaient les filles. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 41)
  2. (Histoire) Esclave noir.
    • La forme de l’esclavage était celle de l’esclavage domestique et le sort des esclaves était certainement moins dur que celui des nègres qui travaillaient dans les plantations d’Amérique ou même les coolies chinois ou canaques qui les ont remplacés. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 34)
    • « Oh non. Mais ces nègres… Ils ont des pieds à la place des mains.
      — Et des mains à la place des pieds… Comme tous les singes madame. »
      (Case départ, 2011)
  3. Écrivain payé pour écrire un livre par une personne qui le signe de son nom.
  4. Meilleur élève d’une promotion militaire.
Note[modifier]

Ce terme est actuellement considéré par certains comme raciste. Ce n’est en fait pas le cas dans la plupart des usages jusqu’à récemment. On peut d’ailleurs noter la même dérive de sens avec le mot noir, et même plus récemment avec homme de couleur.

  • L'album [Tintin au Congo] est finalement remis en vente en Belgique et en France au début des années 1970, après un nouveau « toilettage » : les « nègres » se transforment ainsi en « Noirs ». (Tintin – Les arts et les civilisations vus par le héros d'Hergé, GEO hors-série, 2015, p. 41)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
nègre nègres
\nɛɡʁ\

nègre \nɛɡʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif aux Noirs d’Afrique ou aux arts africains
    • Quatre chevaux splendides, tout sellés et bridés, marchent aux deux côtés de la route, tenus en main par des palefreniers nègres. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 118)
    • Un écriteau portait les mots : "Tribunal indigène". Autour, la foule nègre stationnait. (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VI, Gallimard, 1937)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France : écouter « nègre [nɛɡʁ] »

Voir aussi[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]