protéger

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : proteger

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(fin XIV) Du latin protegere (« couvrir devant, abriter ; garantir, protéger »).

Verbe[modifier]

protéger \pʁɔ.te.ʒe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Prendre la défense de quelqu’un, de quelque chose ; prêter secours et appui.
    • Chaque matin, un détachement de soldats précède la colonne pour protéger les douars des velléités pillardes de leurs camarades. Ordre a été donné de ne plus dévaster les champs. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 152)
    • Protéger la veuve et l’orphelin. — Protéger les faibles, les opprimés, l’innocence.
  2. S’intéresser, contribuer à la fortune d’une personne ; veiller au maintien, au progrès d’une chose.
    • Et le gouvernement ne s’est pas encore aperçu qu’en protégeant les courses, il patronnait l’immoralité et laissait nos races dans la décadence ! (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • L’insuffisance du numéraire circulant en France étant avérée, Colbert avait résolu de protéger à outrance l’industrie du royaume. (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo - Les Corsaires chez eux, p.119, éd. Honoré Champion, 1925)
  3. Garantir, mettre à l’abri d’une incommodité, d’un danger.
    • Chemin faisant l’émeute triomphait sans combattre. On désarmait les troupes qui se laissaient faire, et on protégeait leur retraite. (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Une fort belle grille, agrémentée d’une décoration dix-huitième de pampre et de raisin, protégeait les carreaux. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Les villes de l’intérieur n’étaient protégées que par des murailles en pisé flanquées de tours et de bastions dont l’entretien incombait, en principe, aux habous mais qui tombaient généralement en ruines. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 82)
    • Ce mur nous protège contre le froid. — Ces arbres nous protègent de leur ombre.
Note[modifier]
On dit tout aussi bien protéger de que protéger contre.
  • Le vendeur est tenu d’assurer à l’acheteur une possession paisible et utile de la chose vendue, de le protéger contre toute atteinte à cette possession et de l’indemniser s’il ne réussit pas à le protéger de cette atteinte. (Thérèse Rousseau-Houle, Précis du droit de la vente et du louage, 1986)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Références[modifier]