veiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin vigilare. - lui-même dérivé du latin classique: vigil (éveillé)

Verbe[modifier]

veiller \vɛ.je\ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. S’abstenir de dormir pendant le temps destiné au sommeil.
    • Mal éclairée d'un quinquet nu, la famille veillait autour du poêle triangulaire. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Alors qu'elle avait l’habitude de se coucher avec les poules, avec lui elle aimait veiller jusqu’à point d'heure pour ne pas gaspiller ces précieux moments pendant lesquels elle pouvait profiter encore et encore de sa vie. (Frank Saraky & Lora Saltiel, Seul dans un champ de maïs: d'un risque à l'autre, p.220, Publibook, 2007)
  2. (Absolument) Ne pas dormir.
    • Or le bar était vide. Léon, à son comptoir dormassait, en chandail, tandis que sa chienne, près de lui, sur une chaise, veillait. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Soit que je dorme, soit que je veille.
  3. Être de garde la nuit.
    • On traversa là salle des gardes. Autrefois douze hommes, levés sur les terres de la comté, veillaient incessamment dans cette salle. (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap.1)
    • Pourtant cette nuit-là, on avait mal dormi : la génisse aux Mortiers vêlait et le Camille y avait veillé jusqu’au petit jour. (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, p. 19)
  4. (Figuré) Prendre garde ; appliquer ses soins, son attention à quelque chose.
    • A la tombée de la nuit, six hommes de garde envoyés par le caïd sont venus s'accroupir autour de notre petit campement pour veiller à notre sécurité. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 49)
    • […], et la sœur de la Moussotte, consciente de ses devoirs, veillait à ce que tous ceux qui étaient venus ne manquassent de rien. (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Dans le tohu-bohu de la sacristie m’échoyai l'honneur d'aider le prêtre à se vêtir des ornements. Je présentais l’amict, l’aube, l’étole. Je veillais à la pose de la chasuble. (Yanny Hureaux, Bille de chêne: Une enfance forestière, Jean-Claude Lattès, 1996)
  5. (Canada) Sortir ; faire la fête.
    • On n'hésite pas à faire des kilomètres pour aller veiller chez un voisin. (Gabriel Dussault, 1983)
  6. (Transitif) Garder pendant la nuit.
    • Veiller un malade. — Il est plus mal, il faut que quelqu’un le veille.
  7. (Religion) Passer la nuit auprès d’un mort et, particulièrement, passer la nuit en prières auprès d’un mort.
    • Des prêtres, des religieux veillent le mort.
  8. (Fauconnerie) Empêcher de dormir, en parlant d'un oiseau, afin de le dresser ensuite plus aisément.
    • Veiller un oiseau*

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « veiller [vɛ.je] »

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]