sacrifier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin sacrificare « faire un acte sacré, rendre sacré ».

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

sacrifier /sa.kʁi.fje/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Religion) Offrir quelque chose à Dieu ou aux divinités, avec certaines cérémonies, pour leur rendre hommage.
    • Sacrifier des victimes, un taureau, un agneau. — Abraham consentit à sacrifier son propre fils, pour obéir à Dieu.
    • (Absolument)Abraham alla sacrifier sur la montagne. — Les prêtres des Juifs avaient seuls le droit de sacrifier dans le temple.
    • Socrate mourant demanda que l’on sacrifiât un coq à Esculape.
  2. (Figuré) Se conformer par faiblesse, par complaisance, par habitude.
    • Les deux sœurs se casaient, plus ou moins confortablement mariées, et l'aînée, sacrifiant à la tradition, enfantait régulièrement deux fois tous les trois ans. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.27)
  3. Abandonner volontairement quelque chose, y renoncer, pour l’amour de Dieu ou en considération d’une personne, d’une chose.
    • Sacrifier à Dieu sa haine, son ressentiment, sa vengeance.
    • Il a sacrifié ses intérêts à son ami. — J’ai tout sacrifié pour vous. — Il a sacrifié sa vie pour son pays.
  4. Perdre, délaisser, abandonner.
    • Sacrifier une chose, une personne à une autre. — J’ai sacrifié mes plus légitimes ambitions à mon repos.
    • Cet architecte sacrifie la solidité à l’élégance. — Il m’a sacrifié à mes pires ennemis.
  5. (Absolument) Rendre quelqu’un victime de quelque dessein ou de quelque intérêt.
    • Les physiocrates paraissaient disposés à sacrifier les individus à l'utilité générale ; […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.140-141)
    • On a sacrifié ce subalterne pour sauver l’honneur d’un homme puissant.
    • On a sacrifié inutilement les meilleures troupes.
  6. (Figuré) Employer, utiliser ce qui nous est précieux.
    • Sacrifier tout son temps, tout son loisir à quelque chose.
    • Sacrifier son repos, son bonheur, etc., à celui d’un autre.
    • Sacrifier tout à sa passion, à son ambition, à sa vengeance, etc. — Sacrifier quelqu’un à son ambition, à son ressentiment, etc.

se sacrifier /sɘ sa.kʁi.fje/ pronominal 1er groupe (conjugaison)

    • Se dévouer à quelqu’un ou quelque chose sans réserve ; souffrir tout pour son service, pour l’amour de lui.
    • De toute évidence, il était humainement impossible que l’escadre américaine de l’Atlantique pût vaincre les Allemands ; […]. Son devoir, donc, n’était pas de vaincre, mais de se sacrifier, le plus sévère devoir au monde. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 176, Mercure de France, 1921)

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]