abandonner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Vers 1100) Dénominal de abandon avec la désinence -er .

Verbe [modifier]

abandonner \a.bɑ̃.dɔ.ne\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : s’abandonner)

  1. Ne plus vouloir de quelque chose ou de quelqu’un.
    • Les uns allaient rendre leurs armes ; d'autres, qui les avaient abandonnées déjà, marchaient silencieusement, les mains ballantes. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.451, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Me voici un dimanche à Saint-Pol-de-Léon et je constate à regret que presque toutes les jeunes Léonardes ont abandonné le costume de leurs mères. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Et quelle meute de chiens enragés autour de toi, dès l'instant où l'on saura que la reine t'abandonne ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  2. Remettre à la discrétion de quelqu’un, de quelque chose.
    • Le service militaire, qui avait été un devoir de la noblesse, était abandonné à ceux qui ne pouvaient faire l’achat d'un remplaçant. — (Général Ambert, Récits militaires : L’invasion (1870), p.240, Bloud & Barral, 1883)
    • Toutefois comme il ne voulait pas abandonner dans les eaux de la tribulation le jeune paroissien de son confrère, il lui donna quelques salutaires encouragements. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  3. Laisser.
    • On ne doit employer le crud-ammoniac qu’après l’avoir abandonné à l’air pendant un certain temps, ou l’avoir répandu dans le sol plusieurs mois avant les semailles ou plantations. — (Louis Grandeau, Rapports du Jury International, 5e partie: Agriculture, Horticulture, Aliments, vol.2, p.320, 1906)
    • Les horlogers purifient l'huile d'olive, pour graisser les rouages délicats des montres , en y introduisant une lame de plomb dans une bouteille bouchée, qu'ils tiennent exposée au soleil. Peu à peu l'huile se couvre d'une masse caséiforme, qui se dépose ensuite au fond du vase , et abandonne l'huile limpide. — (Francois-Vincent Raspail, Nouveau système de Chimie organique fondé sur des méthodes nouvelles d'observation, Paris : J.-B. Baillière, 1833, p.421)
    • Elle tenta d’entraîner François et, comme celui-ci l'envoyait paître, elle l’abandonna, ouvrit la porte et la referma violemment. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 49)
  4. Livrer à.
    • Ils ont abandonné la ville aux pillards.
  5. (Fauconnerie) Lâcher l’oiseau de proie dans la campagne pour l’égayer.
  6. Cesser une activité sans avoir pu la mener à terme.
  7. Venir à manquer, en parlant des facultés, des qualités physiques ou morales.
    • Mes forces m’abandonnent.
    • Son courage, sa prudence, sa présence d’esprit l’abandonna dans cette circonstance.
    • Si la fortune vous abandonne, ne vous abandonnez pas.
    • Vous êtes perdus si vous vous abandonnez.
  8. Quitter, lâcher.
    • Notre chien de chasse suit mes promenades quand je prends un fusil et m’abandonne quand je me contente d’un revolver. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Lorsque le bateau se mit à couler, ils abandonnèrent le navire.
  9. (Vieilli) Laisser échapper.
    • Tenez ferme, n’abandonnez pas cette corde.
    • N’abandonnez pas les rênes de ce cheval.
    • N’abandonnez pas votre cheval. On dit dans un sens analogue
    • Abandonner les étriers, retirer les pieds de dedans les étriers.
  10. (Figuré) Ne pas poursuivre une chose ou y renoncer.
    • Une accusation de complot contre la vie de Napoléon III fut abandonnée par prudence ; l’idée était dans l’air, on craignait d’évoquer l’événement. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.22)
    • Abandonner un projet, un ouvrage.
    • Abandonner ses prétentions, ses droits.
  11. Remettre ; confier.
    • J’ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. Tous , comme moi, s’effaraient d’être contraints à des besognes paperassières que, dans le civil, ils auraient abandonnées aux plus modestes de leurs sous-ordres. — (Marc Bloch, L’étrange défaite, chap. 3 : La déposition d’un vaincu, 1940)
    • Tandis que sous l'empire des anciennes lois, l'état de perruquier et celui de baigneur étuviste étaient assujettis à une réglementation sévère, l'exercice de la profession de sage-femme était abandonné aux premières venues. — (Jules Mathorez, Les étrangers en France sous l'ancien régime: Les causes de la pénétration des étrangers en France : Les Orientaux et les extra-Européens dans la population française, E. Champion, 1919, p.27)
  12. Exposer, livrer, accorder, concéder. — Note : Dans ce sens, il est toujours suivi de la préposition à.
    • Abandonner une ville au pillage, à la fureur des soldats.
    • Abandonner un vaisseau à l’orage, au vent.
    • Abandonner à la merci de, à la discrétion de, etc.
    • Abandonner quelqu’un à son caractère, à ses passions.
    • Abandonner un ecclésiastique au bras séculier, c’était le livrer au juge laïque, afin qu’il le punît selon les lois (par opposition au droit canon).
    • Abandonner une chose, une personne à quelqu’un, lui permettre d’en faire, d’en dire ce qu’il lui plaira, lui en laisser l’entière disposition, lui laisser une entière liberté à son égard.
    • Abandonner tous ses biens à ses créanciers.
    • Je vous abandonne les fruits de mon jardin.
    • Vous vous plaignez de cet homme, dites-en ce qu’il vous plaira, je vous l’abandonne.
    • Je vous abandonne ce point, je vous l’accorde, je vous le concède, je renonce à le soutenir, à m’en prévaloir.
  13. (Pronominal) Se remettre à, se laisser aller à, se livrer à.
    • On n’entend que des cris d’oiseaux de mer, goélands et macreuses, qui s’abandonnent aux caprices du vent. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Cette gravité de l’œuvre poursuivie par le prolétariat ne saurait convenir à la clientèle jouisseuse de nos politiciens ; ceux-ci veulent rassurer la bourgeoisie et lui promettent de ne pas laisser le peuple s’abandonner à ses instincts anarchiques. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.223)
  14. (Pronominal) Perdre courage.
  15. (Pronominal) Se négliger dans son maintien, dans son habillement, se lâcher.
    • Un malade, un vieillard qui s’abandonne.
  16. (Pronominal) Se lancer sans ménagement.
    • Il s’abandonne dans ses études pour réussir.
  17. (Pronominal) (Sexualité) Se livrer, succomber.
    • Des messieurs parfumés, que d'affreux gigolos embrassaient sur la bouche, poussaient des gloussements et, tournoyant avec ivresse, s'abandonnaient. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Elle s’abandonna à son amant.
  18. (Pronominal) (Équitation) Ralentir son allure, en parlant d'un cheval.
  19. (Pronominal) Se laisser aller à des mouvements naturels.
    • Ne vous raidissez pas, abandonnez-vous.
    • Cet acteur ne s’abandonne pas assez.
    • S’abandonner à la débauche, au vice.
    • S’abandonner à la douleur, à la tristesse, aux pleurs.
    • S’abandonner à la foi.
    • Je m’abandonne à vous, à vos sages avis.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Homophones[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]