sombrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Faisait avant soussombrer ; du catalan sotsobre (« dessus dessous »), de sots (« dessous ») (du latin subtus (« en dessous »)) et de sobre (« au-dessus ») (du latin super (« sur, au-dessus »)).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

sombrer /sɔ̃.bʁe/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Marine) Être submergé, couler bas par l’effet soit d’un coup de vent, soit d’une voie d’eau.
    • La ville était détruite et deux grands transatlantiques avaient sombré dans le port encore plein de cadavres. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, page 419, Mercure de France, 1921)
  2. (Figuré) Être englouti, se perdre, disparaître.
    • On ne peut plus résoudre le problème fondamental de la Scolastique, celui de l’accord de la raison et de la foi ; ou, si on tente de le résoudre […], on sombre dans l’hérésie et l’on encourt les condamnations de l’Église […]. (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Il dégota, péniblement, une place de sous-reporter, dans un canard impécunieux du matin. […]. Mais le canard sombra, sans payer ses rédacteurs qu’il ne payait qu’à moitié depuis des mois. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p. 29)
    • Les événements où vous pourriez sombrer avant longtemps seront des événements européens. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • J’appréhendais de retrouver ce moment terrible où je m’étais senti sombrer dans l’inconscience, tandis qu’en même temps je me débattais de toutes mes forces pour ne pas mourir. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Nationalisme et Socialisme en tant que nouveaux credo du pouvoir, furent expérimentés et se révélèrent insuffisants, car tous deux, comme le réformisme avant eux, sombrèrent sur l’écueil de l’absolutisme. (P. J. Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992, p. 73)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]