bondir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Ca 1100) bundir (« retentir, résonner ») (xiiie siècle) prend le sens de « faire des sauts, sauter » : le changement de sens est dû à un changement de registre : à l'impression auditive de sons montants et descendants s'est substituée une impression visuelle de même rythme
Du latin vulgaire *bombitire, variante de *bombitare fréquentatif de bombire (« bourdonner »), lui-même de bombus )« bourdonnement des abeilles, bruit retentissant »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

bondir intransitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Sauter, en parlant de certains animaux, et même des personnes.
    • Sur ces entrefaites, la portière se souleva et Henri de Navarre parut. La petite levrette, qui dormait sur le trône, bondit et courut à lui. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Autour de la chambre, le long de la plinthe, des belettes courent, bondissent, se poursuivent... (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • … Blanchette […] fit un écart terrible, et, bondissant en avant, envoya son conducteur rouler les quatre fers en l’air, toutes paumes ouvertes, en plein milieu du taillis. (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Faire un ou plusieurs bonds.
    • Mon guide me fit voir, […], l'endroit où le pied avait manqué à ce malheureux, l'espace effrayant qu'il avait parcouru, bondissant de rocher en rocher comme une avalanche vivante; puis enfin au fond du précipice, la place où il s'était arrêté, masse de chair informe et hideuse à laquelle il ne restait aucune apparence humaine. (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • Le seul bateau en vue était un vieux brigantin battant pavillon anglais, qui bondissait à la crête des grandes vagues et plongeait dans leur creux. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz (1910), page 179, Mercure de France, 1921)
  3. (Figuré) S’émouvoir vivement.
    • Il bondissait de fureur, de rage.
  4. (Figuré) Se hâter.
    • Avant-guerre, du temps de sa généreuse et brillante jeunesse de bohème malchanceux, il bondissait avec légèreté vers la thune quotidienne. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.10)

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

  • Cela fait bondir le cœur, le cœur me bondit, (Figuré) se dit pour exprimer l’extrême répugnance qu’on a pour un aliment ou pour quelque autre chose qui fait soulever l’estomac.

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin (voir ci-dessus).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

bondir /Prononciation ?/ transitif (conjugaison)

  1. Résonner.
  2. Retentir.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg (bondir)

Ancien occitan[modifier | modifier le wikitexte]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

bondir

  1. Retentir.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838-1844