superstition

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin superstitio.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
superstition superstitions
/sy.pɛʁ.sti.sjɔ̃/

superstition /sy.pɛʁ.sti.sjɔ̃/ féminin

  1. Croyance irraisonnée fondée sur la crainte ou l’ignorance qui prête un caractère surnaturel ou sacré à certains phénomènes, à certains actes, à certaines paroles.
    • Les hommes ont un certain respect pour tout ce qui est ancien, qui va jusqu’à la superstition ; […]. (Frédéric II & Voltaire, L’anti-Machiavel, 1739, édition de 1947)
    • Oui, je le soutiens, la superstition est plus injurieuse à Dieu que l’athéisme, […]. (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • On voulait voir dans son fait de la superstition et de la magie ; on lui reprochait d’attribuer à certains objets, à ses armes, à son étendard, à ses anneaux, une puissance miraculeuse : […]. (Jacques Porchat, La vie et la mort de Jeanne d’Arc, racontées a la jeunesse, p. 145, Borrani & Droz, 1852)
    • Ces soudains changements d'humeur, que l'on appelle conversions, furent longtemps des miracles. Et la superstition consiste toujours, sans doute, à expliquer des effets véritables par des causes surnaturelles. (Alain, Propos sur le bonheur, 1928)
  2. (Au pluriel) Pratiques inspirées par cette croyance.
    • La religion du Léonard n’est pas seulement […] une religiosité vague adultérée de superstitions ; non, c’est une foi profondément sincère, consciente, recueillie […]. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • C’était la première fois dans sa vie que Zaheira avait ajouté foi à des prédictions de ce genre. La compagnie des femmes du village, depuis son mariage, l’avait peu à peu inclinée vers ces superstitions. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
  3. (En particulier) Vain présage qu’on tire de certains accidents qui sont purement fortuits.
    • Il y a de la superstition à croire qu’une salière renversée et le sel répandu sur la table présagent un malheur.
    • Croire que, lorsqu’on se trouve treize à table, il doive mourir un des convives dans l’année est une superstition.
  4. (Figuré) Attention excessive apportée à des détails, au détriment du sens. [Tout excès d’exactitude, de soin, en quelque matière que ce soit.]
    • Les hommes qui ont reçu une éducation primaire ont, en général, la superstition du livre, et ils attribuent facilement du génie aux gens qui occupent beaucoup l’attention du monde lettré ; […]. (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • L’Académie, depuis le XIXe siècle, est très timide, pour une raison bien simple : c’est que depuis le XIXe siècle l’orthographe est devenue une superstition ; on écrit d’après le Dictionnaire de l’Académie avec scrupule. (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin superstitio.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
superstition
/ˌsu.pɚ.ˈstɪʃ.ən/
ou /ˌsu.pə.ˈstɪʃ.ən/
superstitions
/ˌsu.pɚ.ˈstɪʃ.ənz/
ou /ˌsu.pə.ˈstɪʃ.ənz/

superstition

  1. Superstition.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]