sacrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin sacrare (« consacrer à une divinité, rendre sacré »).

Verbe [modifier]

sacrer \sa.kʁe\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se sacrer)

  1. Conférer un caractère sacré par le moyen de certaines cérémonies religieuses.
    • À une date indéterminée, le Capétien aurait accordé aux « habitants de la ville où il avait été sacré roi » et à ses faubourgs […] divers privilèges : […]. — (Eric Bournazel, Louis VI le Gros, Fayard, 2007)
  2. Nommer à un poste important.
    • Alors qu’il occupait des postes influents dans les administrations Nixon et Ford, Rumsfeld s’était employé à miner les ambitions présidentielles de Bush père en le faisant sacrer ambassadeur en Chine, en l’éloignant du centre des pouvoirs. — (Le Devoir, 13 novembre 2006)
  3. (Par analogie) Déclarer solennellement.
    • Il a été sacré grand écrivain, grand artiste.
    • Le laitier déposa chaque jour à leur porte, comme à toutes les portes de la rue, la bouteille de lait qui les sacrait, sinon citoyens anglais, du moins hôtes de la Grande-Bretagne. — (René Fallet, Charleston, chapitre III ; Éditions Denoël, Paris, 1967)
  4. (Québec) Donner violemment.
    • Il a sacré un coup de poing sur la table. — Il s’est sacré un coup de marteau sur le pied.
  5. (Québec) Rejeter, abandonner violemment.
    • Il était tellement en furie qu’il a sacré la boîte par terre et il est parti sans dire un mot. — Sa femme l’a sacré dehors.
  6. (Intransitif) Jurer, blasphémer, faire des imprécations.
    • Des envies folles lui venaient de rosser Blanchette à coups de trique ; mais cela ne changerait rien à la situation, et, furibond il sacrait comme un païen pour se soulager un peu. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Au Québec, on sacre surtout depuis le XIXe siècle, entre hommes surtout, dans les chantiers, les draves, les campements forestiers, dans et aux abords des moulins à bois pour ensuite étendre cette habitude aux populations urbaines. On sacrait à l’origine par frustrations de toutes sortes, en réponse principalement à une Église omniprésente, exigeante même […] De la colère et de l’intention volontaire de provoquer Dieu et ses représentants, les Québécois en sont venus à sacrer par habitude allant jusqu’à manifester par cet outrage leur surprise, voire même leur joie. — (Le Devoir, 19 juin 2006)
    • Des jeunes qui se refusent à sacrer à tous les deux mots, qui s’attristent de la vulgarité ambiante et qui connaissent la différence entre l’essentiel et l’accessoire. — (Le Devoir, 13-14 janvier 2007)
  7. (Pronominal) (Familier) (Québec) Se foutre de.
    • J’en ai profité pour dire à Moïse que des liche-c… lui avaient écrit à Montréal que les livres étaient mêlés ici, etc., que je me sacrais bien des jaloux et que j’étais comme de coutume sans peur et sans reproche. — (Journal de Lorenzo Létourneau (1900), 17 Eldorado, Qualigram/Linguatech, Montréal, 2006)
    • Je m’en sacre comme de l’an 40. — Tu penses que ça le dérange que tu démissionnes ? Voyons donc ! Il s’en sacre ! — Je me sacre de ce que tu penses.

Synonymes[modifier]

Quasi-synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]