consacrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIe siècle) Du latin consecrare (« rendre sacré en dédiant aux dieux ; reconnaître comme ayant un caractère sacré ») qui donne cunsecrer, « dédier à Dieu » (1121), consacrer (1155) : réfection d’après sacrer.

Verbe[modifier]

consacrer \kɔ̃.sa.kʁe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Religion) Dédier à Dieu, à une divinité, à un saint, avec certaines cérémonies.
    • L’église est consacrée, son nom le dit assez, à saint Nicolas, évêque de Myre, patron des enfants et patron de la Lorraine. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • Le 19 septembre de l’an 1846, la Vierge s’était montrée à deux enfants sur une montagne, un samedi, le jour qui lui était consacré et qui était, cette année, un jour de pénitence, à cause des Quatre-Temps. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. (Religion) Donner, dévouer à Dieu, sans observer aucune cérémonie particulière.
    • Après soixante heures de traversée, nous jetons l'ancre devant Thorshavn, capitale des Féroë. […]. Les Féroésiens l’ont consacrée à Thor : de tous les dieux de l'ancienne mythologie scandinave, Thor est celui qui a la vie la plus dure. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.31)
    • Après tant de temps donné au monde, il a consacré le reste de ses jours à Dieu.
  3. (Figuré) Dévouer, destiner, employer quelque chose à un certain usage.
    • Consacrer sa jeunesse, sa vie, etc., à l’étude, au barreau, à l’exercice des armes, etc.
    • Aux vacances de l’année suivante, j’appris que cette belle à peine entrevue était consacrée par sa famille à la vie religieuse. (Gérard de Nerval, « Sylvie », in Les Filles du feu, 1854)
    • Se consacrer à l’étude des langues, de la philosophie.
    • Ces fonds sont consacrés à cette dépense.
    • Consacrer un poème, un livre à une personne.
  4. (En particulier) Employer son temps à une action.
    • Il se servit une tasse de café, s'installa dans son fauteuil, le fit pivoter vers la fenêtre et consacra quelques instants à observer le fourmillement dense de la circulation. (Rafaël Aalos, Gotico, traduit de l'espagnol, Albin Michel, 2012, part.1)
  5. (Religion) Rendre sacré, saint, vénérable.
    • Ce lieu fut consacré par le sang des martyrs.
  6. (Par extension) Sanctionner ; rendre durable.
    • Les Flamands, soucieux de protéger leur langue, l'ont pour leur part envisagé comme permettant aux autorités d'imposer la langue de Vondel, voire d'interdire l'usage d'une autre langue. Le principe du double unilinguisme a été consacré dans divers textes législatifs et ensuite constitutionnels. (Adèle Remiche & Laura Van den Eynde, La nouvelle procédure de nomination des bourgmestres des six communes à facilités de la périphérie bruxelloise, dans La sixième réforme de l'État (2012-2013): Tournant historique ou soubresaut ordinaire, sous la direction de Joëlle Sautois & ‎Marc Uyttendaele, Limal (Belgique) : éd. Anthémis, 2013)
    • Un monument fut élevé pour consacrer le souvenir de cette victoire. - Une gloire que les siècles ont consacrée. - Les erreurs, les préjugés que le temps consacre.
  7. (En particulier) Adopter, rendre constant par l’usage en parlant des mots, des locutions.
    • Il eut même cette bonne fortune d’inventer à plusieurs reprises un de ces vocables essentiellement parisiens que la mode consacre pendant quelques mois et qui reçoivent toujours l’accueil le plus enthousiaste […] (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Cette expression est consacrée par l’usage. - C’est le terme consacré.
  8. (Théologie) Déterminer le sens d’un mot, de manière qu’il ne puisse être pris dans une autre signification.
    • L’église a consacré ce mot.
  9. (En particulier) (Rite chrétien) Prononcer les paroles sacramentelles en vertu desquelles le pain et le vin sont changés au corps et au sang de Jésus-Christ, en parlant du prêtre.
    • Le prêtre consacra autant d’hosties qu’il y avait de communiants. - Hostie consacrée.

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Antonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]