rougir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Verbe composé de rouge et -ir, faisait rogir en ancien français.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

rougir transitif ou intransitif 2e groupe (conjugaison)

Jeune courtisane rougissant (3).
Portrait par Gerrit van Honthorst, 1625.
  1. (Transitif) Rendre rouge ; peindre ou teindre en rouge.
    • On sçait que le colcothar est une substance vitriolique ; ou , pour mieux dire , c'est un véritable vitriol que l'on rougit en le poussant par le feu jusqu'à un certain degré. (Mémoires de l’Académie des sciences de l'Institut de France, 1753, p.393)
    • Le soleil rougira ces fruits.
    • Rougir un plancher, un carrelage.
    • (Figuré) Leur sang rougissait la terre.
  2. (Spécialement) Porter à incandescence.
    • Après avoir repassé couteaux et ciseaux, l’étameur fit rougir les casseroles, les passa dans un acide pour les nettoyer; puis, les ayant chauffées de nouveau, il les posa dans l’étamure , et les arrosa en tous sens avec le métal en fusion ; […]. (L'étameur, dans Le Magasin pittoresque, vol.51, 1883, p.368)
  3. (Intransitif) Devenir rouge.
    • …je fus amené à goûter tous les mets étranges qui constituaient le repas. Il y avait de la pieuvre crue marinée dans du jus de citron sauvage, de la pieuvre rôtie sur des pierres rougies au feu. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Or, le bruit se répandit bientôt que le juif avait jeté l'hostie dans une cuve d'eau bouillante, à la suite de quoi l'eau aurait rougi sans s'altérer. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    1. (Intransitif) (En parlant d’une personne) Avoir la peau du visage qui devient rouge sous l’effet de l'émotion.
      • On eût dit qu'il rougissait plus par pudeur que par plaisir à l'aspect de la comtesse. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
      • Doña Luz s’aperçut de l’attention avec laquelle ils la regardaient, elle s’arrêta, confuse, et baissa la tête en rougissant encore davantage. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
      • Sous l’action d’une pensée indevinable, elle a rougi. J’ai vu l’onde sanguine se propager à son visage ; j’ai vu rayonner son cœur. (Henri Barbusse, L’Enfer, 1908)
      • Zaheira ne put s'empêcher de penser qu'elle n'avait jamais vu un homme aussi prodigieusement beau. Elle se sentit rougir. Sa gorge se serra. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l'Amour et de la Mort, 1940)
    2. (Intransitif) Avoir honte, éprouver de la confusion.
      • Il a fait ce qu’il devait, il n’a pas sujet de rougir.
      • Il devrait rougir de sa mauvaise conduite.
      • Il rougit d’avoir un tel fils.
      • Vous me faites rougir.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

En parlant d’une personne

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • ne faire que rougir son eau (ne boire que très peu de vin avec beaucoup d’eau)
  • rougir ses mains de sang (assassiner, exercer des proscriptions sanglantes)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]


Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]