absoudre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin absolvere « acquitter, déclarer non coupable ».

Verbe [modifier le wikicode]

absoudre \ap.sudʁ\ transitif ou pronominal 3e groupe (conjugaison) (pronominal : s’absoudre)

  1. (Droit criminel) Renvoyer de l’accusation une personne reconnue l’auteur d’un fait qui n’est pas qualifié punissable par la loi.
    • En absolvant cet homme, on n’a pas fait justice.
  2. (Par extension) Déclarer un accusé innocent du crime ou du délit qui lui était imputé, l’acquitter.
    • Il y a eu cinq voix pour condamner l’accusé et sept pour l’absoudre.
    • On l’a absous malgré le crédit de ses ennemis.
    • Il s’est fait absoudre du crime dont on l’accusait.
  3. (Théologie) Remettre les péchés.
    • Lorsque je me confessais à un abbé, je lui avouais mes relations avec Notre-Seigneur, avec la Vierge, avec les Anges ; aussitôt il me traitait de folle quand il ne m’accusait pas d’être possédée par le démon ; en fin de compte, il refusait de m’absoudre ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Puis il a paru retrouver ses forces, et d’une voix presque inintelligible m’a prié de l’absoudre. — (Georges Bernanos, Journal d’un curé de campagne, 1937)
  4. (Figuré) (Courant) Pardonner, excuser.
    • Vous honnissez de pauvres créatures qui se vendent pour quelques écus à un homme qui passe, la faim et le besoin absolvent ces unions éphémères ; … — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Que mon lecteur m’absolve : je n’ai aucune confiance en son imagination. Je préfère à présent lui fournir des exemples. — (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome II, « La fabrication du Nouveau Testament », Paris, Éditions Gallimard, 1989, p. 96)
  5. (Pronominal) Se disculper, se laver d’une accusation, se faire pardonner quelque chose.
    • Ciceron eut besoin de s’absoudre de la médiocrité de ses vers par la beauté de ses discours. — (Jean François Ducis, Marie Joseph B. de Chénier, Œuvres, suivies des œuvres de M. J. de Chénier, 1859)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]