commandeur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de commander avec le suffixe -eur. Le nom scientifique du genre (Gubernatrix = gubernatrice) de passereau commandeur huppé (Gubernatrix cristata) que l'on désigne sous ce nom normalisé (sens 5), fut créé par le naturaliste français René Primevère Lesson en 1837 en élevant le nom spécifique donné initialement à cet oiseau par le zoologiste néerlandais Coenraad Jacob Temminck en 1823 à partir du nom français d'alors, i.e. le bruant commandeur, nom d'abord rapporté par le naturaliste français Louis Jean Pierre Vieillot en 1817. On croit que l'épithète de commandeur fut donné à cet oiseau en raison de sa huppe noire érectile très voyante qui rappelle les plumes ornant le couvre-chef de certains commandants militaires (e.g. shako, casoar, etc.). Mais c'est pour désigner une toute autre espèce que le nom de commandeur fut d'abord utilisé, soit par Georges-Louis Leclerc de Buffon dans son Histoire naturelle des oiseaux en 1775 [1] pour désigner le carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus) (sens 6), un oiseau de la famille des ictéridés, en raison des épaulettes écarlates frangées de jaune pouvant rappeler les galons que portent certains officiers à leur uniforme, ou comme le précise Buffon, qui semble avoir quelque rapport avec un certain Ordre de Chevalerie[2].

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin commandeur
\kɔ.mɑ̃.dœʁ\

commandeurs
\kɔ.mɑ̃.dœʁ\
Féminin commandeuse
\kɔ.mɑ̃.døz\
commandeuses
\kɔ.mɑ̃.døz\

commandeur \kɔ.mɑ̃.dœʁ\

  1. Qui commande.
    • Des bonnes sœurs blanches glissent silencieuses sur le carrelage brillant; leur visage de plâtre semble déjà statufié dans une sainteté aux lèvres minces à la Pie XII, une béatitude revêche, commandeuse, efficace. — (Catherine de Prémonville, Jamais sans Jules, 1968)
  2. Qui passe commande.
    • Pour l'aristocrate de papier et la parvenue d'épicerie. Hier crève-misère, aujourd'hui commandeuse de robes. — (Paula Jacques, Lumière de l'œil, 1980)

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Un commandeur (Gubernatrix cristata)(5).
Un commandeur (Agelaius phoeniceus) (6).
Singulier Pluriel
commandeur commandeurs
\kɔ.mɑ̃.dœʁ\

commandeur \kɔ.mɑ̃.dœʁ\ masculin (pour une femme on dit : commandeuse)

  1. Personne qui commande, commandant.
    • Le commandeur des Nègres, un fouet à la main, […] lui prescrivit de sarcler les herbes dans une plantation de maïs. — (François-René de Chateaubriand, Les Natchez, 1826)
    • Grand commandeur, titre correspondant à l'un des grades les plus élevés de la hiérarchie maçonnique.
    • Olympe de Gouges, je l’aime bien, La Déclaration des Droits de la Femme est tout à la fois un texte et un acte politique majeurs, mais il faut aussi le reconnaître, Olympe de Gouges est devenue une tarte à la crème, la féministe révolutionnaire, la statue de la commandeuse derrière laquelle se cachent ceux qui veulent se donner l’air de s’intéresser à la condition des femmes tout en ne regardant pas celles qui sont sur leur nez. — (« Entrée au Panthéon / misogynie ordinaire », 2013)
  2. Grade honorifique dans certains ordres.
    • Dans l’ordre de la Légion d’honneur, le grade de commandeur est le troisième.
    • Commandeur de l’ordre du Bain (Angleterre).
  3. Chevalier d’un ordre militaire ou hospitalier, pourvu d’une commanderie.
    • Commandeur de Malte.
    • Commandeur de Saint-Lazare.
    • Commandeur de l’ordre Teutonique.
  4. (Arts) Personnage du Don Juan de Molière ou de Mozart.
    • La statue du commandeur.
  5. (Ornithologie) Genre monospécifique de passereau de la famille des thraupidés (e.g. callistes, tangaras, etc.) et menacé de disparition, arborant une huppe érectile semblable à celle des paroares de couleur noire, une tache gulaire noire, des sourcils jaunes, dont les parties supérieures et inférieures sont vert olive et jaune verdâtre, respectivement, et que l'on rencontre isolément en Argentine, en Uruguay et au Paraguay (genre Gubernatrix).
    • Le Bruant commandeur. — Gubernatrix cristatella. [...] — La reproduction du commandeur huppé en volière n'est plus aujourd'hui un fait rare. En isolant le couple, on parvient même à le faire nicher dans des cages un peu spacieuses. — (Henri Moreau, L'amateur d'oiseaux de volière, J.B. Baillière et Fils, Paris, 1891, page 266)
  6. (Ornithologie) (Désuet) Ancien nom vernaculaire générique du carouge à épaulettes, en usage du XVIIIème siècle jusqu'au milieu du XXème siècle.
    • C'est ici le véritable acolchi de Fernandès; il doit son nom de commandeur à la belle marque rouge qu'il a sur la partie antérieure de l'aile, et qui semble avoir quelque rapport avec · la marque d'un ordre de chevalerie : elle fait ici d'autant plus d'effet, qu'elle se trouve comme jetée sur un fond d'un noir brillant et lustré; [...] — (Georges-Louis Leclerc de Buffon,Histoire naturelle des oiseaux, Tome troisième, Imprimerie Royale, Paris, 1775, p. 214)

Notes[modifier le wikicode]

Sens 5 et 6: En biologie, le nom binominal et les autres noms scientifiques (en latin) prennent toujours une majuscule. En français, les naturalistes mettent fréquemment une majuscule aux noms de taxons supérieurs au genre.
Un nom vernaculaire ne prend pas de majuscule, mais on peut en mettre une quand on veut expliciter le fait que l’on ne parle pas d’individus, mais que l’on veut parler de l’espèce, du genre, de la famille, de l’ordre, etc.

Synonymes[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des oiseaux, Tome troisième, Imprimerie Royale, Paris, 1775, p. 214.
  2. Buffon , Ibid., page 214.