connard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Croisement étymologique : visiblement formé (XXe siècle ?) de con et suffixé en -ard, mais dérive par déformation du mot plus ancien cornard dans son acception d’injure[1].

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin connard
\kɔ.naʁ\
connards
\kɔ.naʁ\
Féminin connasse
\kɔ.nas\
connasses
\kɔ.nas\

connard \kɔ.naʁ\ masculin

  1. (Vulgaire) (Injurieux) Insulte désignant quelqu’un qui se comporte de façon déplaisante ou déplacée, par manque d’intelligence, de savoir-vivre ou de scrupules.
    • De se foutre en l'air, connard !
      Hé quoi, pas même damné, pensais-je, revenant assez vite à moi-même...
      (Maurice Clavel, Le tiers des étoiles, 1972)
    • Connard ! Tu t'étonnes d'avoir la chiasse ? Boire l'eau de la voierie à un robinet rouillé... Ici ! (Paul Smaïl, Casa, la casa, 1998)
    • «  Je suis un imbécile, ai-je songé. Maintenant c'est sûr, je suis vraiment empoisonné. Quel connard ! »
      - Connard ! s'est exclamée sa voix qui résonnait de chaque côté de mes oreilles. Connard ! Tu as merdé !
      (Rodolfo Enrique Fogwill & Isabelle Gugnon, Muchacha punk, 2006, p.130)
    • — Eh, connard, tire tes sales paluches de là ou je me fâche ! (Retour vers le futur, 1985)
    • Il fallait l'avouer, les connards de prolos, les neuneus de cassos, il y avait des jours où j'en avais plein le dos ! (Frédéric Jacob, Vers un Eden..., TheBookEdition, 2011,)
    • Moyennant quoi rien ne réfrénait sa connardise que le manque d'imagination. Il ne faisait de doute pour personne que le connard n’était pas réformable. (François Bégaudeau, Vers la douceur, Gallimard, 2009, p.59)

Variantes orthographiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

  1. TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (connard)