exaltation

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin exaltatio.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
exaltation exaltations
\ɛ.ɡzal.ta.sjɔ̃\

exaltation \ɛ.ɡzal.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’élever très haut.
    • L’exaltation de la sainte Croix.
  2. (Figuré) État d’âme élevé au-dessus de son degré ordinaire, enthousiasme excessif, sorte de transport auquel on s’abandonne, sensation intense de bonheur.
    • […] l’Assemblée proclama d'abord cette formule solennelle : « Citoyens, la patrie est en danger ! » L’exaltation révolutionnaire ne connut plus de bornes, tous les hommes en état de porter les armes furent mis en activité. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • La vie de Balzac ? Un permanent foyer de création, un perpétuel, un universel désir, une lutte effroyable. La fièvre, l’exaltation, l'hyperesthésie constituaient l'état normal de son individu. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • On a souvent fait remarquer que des sectaires anglais ou américains, dont l’exaltation religieuse était entretenue par les mythes apocalyptiques, n'en étaient pas moins souvent des hommes très pratiques. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, note de bas de page 165)
    • À un diapason plus grave et dans une mesure plus lente, les églises retentissaient des échos de l’exaltation martiale, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 213 de l’éd. de 1921)
    • Mais, sous la Convention, l'exaltation des passions atteint son paroxysme. La lutte, de politique qu'elle était, devient antireligieuse. La Révolution pourchasse les prêtres, brime les croyants, dépouille les églises […]. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  3. (Religion) Élévation au dessus du commun des mortels.
  4. (En particulier) Élévation d’un cardinal au pontificat.
    • Le jour de son exaltation. — Depuis son exaltation.
    • J’avais déjà de grandes espérances de l’exaltation de Chigi. — (Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz, Mémoires, in Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, p. 1050)
  5. (Spécialement) Le plus haut degré de la gloire céleste, ou vie éternelle, dans la doctrine mormone.
  6. (Médecine) Impression pathologique de puissance et de bien-être, accompagnée de phénomènes délirants.
  7. (Astrologie) État zodiacal particulier lorsqu’une planète traverse un signe du zodiaque avec lequel elle présenterait certaines affinités.
    • La planète Vénus est en état d’exaltation lorsqu’elle traverse le signe des poissons.

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Muntzenheim) : écouter « exaltation »
  • France (Lyon) : écouter « exaltation »

Références[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin exaltatio.

Nom commun [modifier le wikicode]

exaltation (sans pluriel)

  1. Exaltation.