gaulois

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Gaulois

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Adjectif 1, nom) (XVIIe siècle) Sous l’influence de Gaule, de l’ancien français galois, galeis, walois, de l’ancien bas francique *wahlisc (« roman, latinophone »), de Wahl (« pays romain ; Gaule »), du nom de la tribu gauloise des Volques ; → voir welsch (« romanophone ») en allemand, Waals (« wallon ») en néerlandais[1].
Ou bien du latin gallus, lui même issu du celtique galia (« force »)[2].
(Adjectif 2) De l’ancien français galois[3], dérivé de galer (« s’amuser ») qui nous donne aussi galant. Galois, gallois, devenu homophone du précédent, a subi la même évolution phonétique que le précédent et, rétroactivement, on a prêté aux Gaulois un caractère paillard, bon vivant, un « esprit gaulois ».
(Adjectif 3) Dérivé de Le Gault-Saint-Denis avec le suffixe -ois.

Adjectif 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin gaulois
\go.lwa\
Féminin gauloise
\go.lwaz\
gauloises
\go.lwaz\

gaulois \go.lwa\

  1. En rapport avec la Gaule, la langue gauloise ou les peuples la parlant.
    • Les Bretons, ces émigrants celtiques venus de Grande-Bretagne au Ve siècle de notre ère, avaient ramené en Armorique une langue très analogue à ce parler gaulois que d’ailleurs employait encore à cette époque, la population d’Auvergne. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • En réalité, au Ier siècle après Jésus on ne note encore sur le territoire gaulois, que la présence de quelques judéens de marque, déportés en Gaule par ordre de l’autorité romaine […]. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours - Avant-propos, 1937)
  2. Synonyme de français.
    • Vous planteriez, ô Melbournois ! Sur vos coteaux barbares,
      Les plus fins de nos ceps gaulois, Nos « pineaux » les plus rares…
      — (Ponchon, Muse cabaret,1920, p. 85)

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Moulage d'une plaque écrite en gaulois.

gaulois \go.lwa\ masculin singulier

  1. Langue que parlaient les Gaulois, habitants des Gaules.
    • Déclaration, rapidement débitée en cinq langues diverses, grec, latin, gaulois, libyque et baléare. — (Flaubert, Salammbô, t. 1, 1863, p. 41)

Hyponymes[modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Adjectif 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin gaulois
\go.lwa\
Féminin gauloise
\go.lwaz\
gauloises
\go.lwaz\

gaulois

  1. Qui se présente sous un jour libre, plaisant, grivois, licencieux.
    • Sous la IIIe république, les techniques d’élevage fabriquent en série de petits robots, respectueux des autorités, sexuellement refoulés, bon soldats, excellents travailleurs, anxieux, très portés au suicide. Mais les Français ont alors le droit compensatoire de faire des plaisanteries « gauloises » alors que les Allemands acceptent officiellement leur puritanisme. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 109)
  2. Qui est d’une gaieté vive et assez libre, joyeux, libertin.

Dérivés[modifier le wikicode]

Adjectif 3[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin gaulois
\go.lwa\
Féminin gauloise
\go.lwaz\
gauloises
\go.lwaz\

gaulois

  1. Relatif au Gault-Saint-Denis, commune de l’Eure-et-Loir.

Anagrammes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « gaulois [go.lwa] »

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. « gaulois », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  2. Jean-Paul Savignac, Dictionnaire français-gaulois, 2014
  3. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage (galois)