immoler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin immolare qui signifie « enduire de farine sacrée la victime d’un sacrifice ». Le mot se décompose en im- (« sur ») et -mola (« meule » ou « farine »).

Verbe[modifier]

immoler \i.mɔ.le\ ou \im.mɔ.le\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : s’immoler)

  1. (Religion) (Antiquité) Offrir en sacrifice, en parlant des victimes qu’on tuait pour les offrir aux dieux.
    • On ouvrit la séance par un sacrifice à Cérès. Des prêtres immolèrent un jeune cochon, et de son sang purifièrent l'enceinte. (Étienne-François de Lantier, Voyages d’Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, p. 5)
  2. (Par extension) (Théologie chrétienne) Offrir à Dieu le rituel du Saint Sacrifice au cours de la messe.
    • […] cette hostie divine qui devait être immolée pour eux et pour nous. (Louis Bourdaloue, Sermon, Sur le sacrifice de la messe)
  3. (Littéraire) Tuer, massacrer, égorger.
    • Quand le despotisme est impuni, la punition des malheureuses victimes, que les tribunaux immolent chaque jour pour de moindres délits, ne paraît plus qu’un assassinat judiciaire. (Maximilien Robespierre, Sur le parti de prendre à l’égard de Louis XVI, novembre 1792)
    • Le capitaine Aguilar succomba, mais en tombant il entraîna dans sa chute douze pirates qu’il avait immolés, et qui lui firent un sanglant cortège dans la tombe. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • En Angleterre, une épizootie effroyable, s'étendant sur presque tout le territoire, ravageant les plus riches troupeaux et immolant 64 000 tètes de bétail (chiffre officiel qui n'exprime que la moitié environ des pertes totales); […]. (Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 5 janvier 1866, p. 12)
  4. (Figuré) Ruiner, perdre quelqu’un, ou détruire une chose, y renoncer, s’en priver, pour satisfaire quelque passion, pour obéir à quelque nécessité, à quelque devoir, etc.
    • Immoler quelqu’un à sa haine, à son ambition, à la haine, à l’ambition d’un autre.
    • Immoler quelqu’un à sa rage, à sa fureur, c’est le tuer dans un transport de rage, de fureur.
    • J’immolai tout pour lui, richesses, honneurs, etc. Immoler son amour au devoir. S’immoler pour sa patrie.
  5. (Pronominal) Offrir sa vie en sacrifice, pour une cause politique ou religieuse.
    • S’immoler par le feu.
Note[modifier]
Bien qu’il soit d’usage d’immoler par le feu, il est préférable de préciser le moyen utilisé, le terme d’immoler ne présumant d’aucun mode opératoire (« immolation par la terre », « immolation par l’eau », « immolation par le fer », etc.).

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]