tiroir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) De tirer et -oir. (1530) tirouer. (XIVe siècle) tyroire, « outil de tonnelier ».

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
tiroir tiroirs
\ti.ʁwaʁ\
Un tiroir : casier, compartiment coulissant.

tiroir \ti.ʁwaʁ\ masculin

  1. Casier, compartiment coulissant dans un meuble grâce à une poignée.
    • Dans un tiroir, il y avait trente billets de mille francs, trente, attachés, par paquets de dix, avec des faveurs roses, ainsi que des lettres d’amour… (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • On emploie pour l’emmagasinement des cocons, des tiroirs dont le fond est constitué par un grillage métallique, désignés sous le nom de canisses ou claies. (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Henri se leva, fouilla dans un tiroir, exhuma tout un lot de paperasses qu’il éparpilla sur la table. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 103)
    • L’homme noir s’était levé à demi et cherchait avec impatience une lettre dans le tiroir de sa table de sapin qui s’ouvrit en criant. (Stendhal, Le Rouge et le Noir)
  2. (Théâtre) Panneau mobile qui coulisse sous le plancher de scène.
  3. (Chemin de fer) Prolongement de voie en impasse permettant le retournement des rames.
  4. (Industrie) Une des principales pièces des machines à vapeur, qui sert à distribuer alternativement la vapeur en dessus et en dessous du piston.

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

Voir aussi[modifier]

Anagrammes[modifier]