étouffer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Attesté en 1230 sous la forme estofer, altération de l’ancien français estoper (« obstruer » → voir étouper) sous l’influence de l’ancien français estofer (« rembourrer » → voir étoffer).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

étouffer /e.tu.fe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire mourir en arrêtant la respiration.
    • La diphtérie peut étouffer les enfants.
  2. Suffoquer, empêcher de respirer librement.
    • Mais loin de son Plateau, Arsène André étouffait. L'air résineux lui manquait, les brouillards de la Meuse lui enflammaient la gorge. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958, p.71)
    • (Figuré)Étouffer quelqu’un de caresses.
  3. (Intransitif) Avoir la respiration empêchée ou mourir faute d’air.
    • Il n’y a point d’air dans cette chambre, on y étouffe.
    • Délacez cette femme, elle étouffe.
    • (Figuré) Étouffer de rire, rire jusqu’à perdre la respiration.
  4. Dérober aux plantes l’air ou les nutriments nécessaire à leur végétation.
    • Les mauvaises herbes étouffent le blé.
  5. Éteindre en interceptant l’air.
    • Étouffer un incendie.
  6. (Figuré) Supprimer, annihiler, cacher, surmonter.
    • Il semble que la tradition politique de la classe ouvrière européenne soit encore vivace dans certains pays, alors qu'elle est étouffée en Amérique, où pourtant aussi elle a existé. (Herbert Marcuse, Débat sur le problème de la violence dans l'opposition, dans La fin de l'Utopie, traduction de Liliane Roskoff & Luc Weibel, 1968)
    • Seule planait l’ombre de la Kampétaï, prête à abattre sa lourde main supplicieuse pour étouffer dans l'œuf toute velléité d’insoumission. (Thuyen Nhis, My-Lan, Publibook, 2002, p.138)
    • Rosalie s'en fut à la chapelle pour s'agenouiller en étouffant ses larmes. (Pierre Gamarra, Rosalie Brousse, chapitre IV ; Éditeurs Français Réunis, Paris, 1953)
  7. (Musique) Amortir le son.
    • Étouffer les sons : Les rendre moins éclatants, les amortir.
    • Il y a, dans les pianos, une pédale qui sert à étouffer les sons.
  8. Empêcher l’apparition publique.
    • Voici, pour commencer, ce que j’écrivais, il y a six ans, dans un livre de colère que l’hostilité générale s’efforça d’étouffer par tous les moyens imaginables. (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]