brouter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Dénominal de brout (« jeune pousse des arbres »), faisait broster en ancien français.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

brouter /bʁu.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Sens littéral) Paître, manger les bourgeons, les pousses et les feuilles des arbres.
  2. (Par extension) Paître l’herbe, pacager.
    • Les moutons broutent l’herbe.
    • Dans la prairie, les vaches lentement avançaient, broutant devant elles sans hâte et sans trêve. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Ses moutons broutaient dans mon pré.
    • L’endroit où les moutons ont brouté.
    • La chèvre peut brouter quatre à cinq heures de suite.
    • (Proverbial) Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute, on doit se résoudre à vivre dans l’état où l’on se trouve engagé, dans le lieu où l’on est établi.
  3. Fonctionner de façon saccadée et irrégulière.
    1. (Intransitif) (Figuré) Sautiller en parlant de la scie ou du rabot.
    2. (Intransitif) (Par extension) Avancer en sautillant en parlant d’un véhicule à moteur.
  4. (Intransitif) (Familier) Fatiguer, ennuyer.
    • Les signatures, ça me broute vraiment.
  5. (Argot) (Vulgaire) Pratiquer le cunnilingus.
  6. (Hautes-Vosges) (Populaire) Tomber par terre. (information à préciser ou à vérifier)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]