classique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1548) Du latin classicus (« qui se rapporte aux citoyens de la première classe, la plus riche (voir classis) »). Aulu-Gelle (IIe siècle) emploie l’expression « auctores classici » pour désigner les écrivains de premier ordre. Pour certaines de ses connotations, le mot a été influencé par « classe », au sens scolaire.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
classique classiques
/kla.sik/

classique /kla.sik/ masculin et féminin identiques

  1. Se dit généralement d’un auteur à qui l’excellence ou le temps ont donné autorité.
    • Quelque mauvais auteur que vous estimiez ce livre [Lancelot, de Gilles Ménage], c’est un auteur classique pour vous, son autorité l’autorise. (Chapelain, De la lecture des vieux romans, 1647)
    • Classique ne se dit guère que des auteurs qu’on lit dans les classes, dans les écoles ou qui y ont grand autorité. (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690)
    • On apèle [sic] Auteurs Classiques, les Auteurs anciens, généralement aprouvés [sic], et qui font autorité dans une certaine matière, comme Homère, Demosthène [sic], Platon, Aristote, Virgile, Cicéron, Tite-Live, etc [sic], (Jean-François Féraud, Dictionaire [sic] critique de la langue française, 1787–1788)
  2. Qui relève d’une certaine esthétique, le classicisme, caractérisée par la recherche de l’équilibre et de la sobriété.
  3. Traditionnel et sans extravagance.
    • C’est une robe très sobre avec une coupe très classique.
    • On oppose parfois l’esthétique classique à l’esthétique baroque.
  4. Qui se rapporte à une période considérée comme particulièrement brillante ou équilibrée, et qui a servi de référence à des époques ultérieures.
    1. (En particulier) L’Antiquité classique : La Grèce et Rome jusqu’à 300 après J.-C. environ.
      • Toute l’histoire classique est dominée par la guerre conçue héroï­quement ; les institutions des républiques grecques eurent, à l’origine, pour base l’organisation d’armées de citoyens […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La Grève générale politique, 1908, p. 231)
    2. (En particulier) Les langues classiques : Le grec et le latin.
    3. (En particulier) La Grèce classique : Celle du Ve siècle avant J.-C. en particulier.
    4. (En particulier) L’époque classique : Généralement le XVIIe siècle, ou, dans un sens plus restreint, les années 1660–1670.
  5. Sans préjuger de la brillance des époques antérieures ou postérieures, se dit en particulier des œuvres, des auteurs, des écoles de la période qui va du XVIIe au XIXe siècle.
    • La musique, la danse classique.
    • La pensée économique classique se développe en même temps que naissent la société industrielle et le capitalisme moderne.
  6. (Familier) Courant, banal.
    • C’est le coup classique.

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Relatif au classicisme
Relatif aux XVII-XIXe siècles

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
classique classiques
/kla.sik/

classique /kla.sik/ masculin

  1. Auteur de référence.
    • Il faut avoir lu les classiques de la Pléiade.
  2. Œuvre assez ancienne et ayant exercé une grande influence.
    • Les ouvrages de Lévi-Strauss sont des classiques de l’ethnologie.
    • Dans l’une des scènes du film, on notera l’hommage que rend Minnelli à un classique du cinéma fantastique : La Féline. (Thomas Leroux, Les 100 films de l’histoire du cinéma, Studyrama, 2006)
  3. Partisan du classicisme.
    • Dans les années 1820, on oppose les classiques et les romantiques.
  4. Musique classique.
    • Comment font ces gens là qui ne lisent pas la musique pour jouer du classique mieux pour les oreilles du grand public que les orchestres symphoniques ? (Amer Llunict, Boiter des deux pieds , Éditions Publibook, 2005)
  5. Ce qui est courant ou banal.
    • Le cadeau ou objet publicitaire de faible valeur est largement utilisé en de nombreuses occasions. […] Les classiques sont les stylos à bille, les briquets, les calendriers, les porte-clefs, les sacs, les pochettes d’allumettes, les cartes à jouer. (Rémi-Pierre Heude, Guide de la communication pour l’entreprise, Éditions Maxima, 2005, p. 60)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
classique classiques
/kla.sik/

classique /kla.sik/ féminin

  1. Compétition sportive ayant une grande renommée.
    • Le vélo est devenu une mystique, un culte, avec ses rites, ses officiants, ses grands prêtres : les grands tours, les grandes classiques, le record de l’heure, les descentes à tombeau ouvert du VTT, les raids à travers la Cordillère des Andes ou le Désert de la Mort. (Michel Delore, Cyclosportif : route, VTT, Éditions Amphora, 2008)
    • Faire les grandes classiques ne semblait plus aussi excitant. Grimper devenait la principale motivation. (Steve Roper, Camp 4, chroniques du Yosemite, Guérin, 1996)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • Jean-Charles Darmon et Michel Delon, directeurs, Histoire de la France littéraire, tome II : classicismes, Presses universitaires de France, 2006. Lire en particulier l’avant-propos et l’article Le « classicisme » français et les autres pays européens.