patois

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xiiie siècle) De l’ancien français patois.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Invariable
patois
/pa.twa/

patois /pa.twa/ masculin

  1. Dialecte parlé dans une contrée réduite.
    • Avez-vous entendu les gémissements continuels de ce maudit enfant et les bavardages de cette malheureuse femme qui parle sans doute en patois ? car je n'ai pas compris un seul mot de ce qu'elle disait. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
    • Les patois sont les derniers débris des innombrables dialectes qui constituaient la langue parlée dans l'ancienne France. C'est par ces restes, tout informes et défigurés qu'ils soient, que l'on peut acquérir encore une certaine connaissance des intonations et de l'accent qui caractérisaient ce vieux et pittoresque langage. (Louis-Pierre Gras, Dictionnaire du patois forézien, 1683)
    • La population de Saint-David […] parlait un curieux patois anglais plein d'expressions maritimes. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Une autre corvée est la tournée des poubelles, des équevilles en patois de la Croix-Rousse. (Patrick Lemoine, Droit D'Asiles, p.103, Odile Jacob, 1998)
    • Dans le village, on parlait patois, le morvandiau. Il m'est arrivé d'entendre des gens élever le morvandiau au rang de langue, mais c'est trop pour lui ; ce n'est qu'un patois, variant d'un village à l'autre, n'ayant pas de grammaire propre, ni de littérature écrite, sauf quelques sketches comiques. (Jacqueline Périn, Devenir grande, L'Harmattan, 2003, p.65)
    • Au lieu de votre joli patois dont on comprend toujours quelque chose, c’est une langue que le diable a inventée que l’on parle là-bas et qui n’a pas moins de quatre dialectes très différents. (extrait d’une lettre envoyée à Esprit Requien par Prosper Mérimée en 1836)
    • Vouloir écrire le patois tel qu’il se prononce, c’est-à-dire en retranchant toutes les lettres qui ne se font point sentir, cela est bon pour une langue de sauvage qui n’a ni passé ni tradition aucune. (Louis Moutier, Orthographe des dialectes de la Drôme, 1886)
  2. (Péjoratif) Langage pauvre et rustique ; jargon incompréhensible.
    • Il s’exprimait dans un incroyable patois. C’est du patois !
  3. Mauvais style.
    • Cela est mal dit, mal écrit : quel patois !

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin patois
/pa.twa/
Féminin patoise
/pa.twaz/
patoises
/pa.twaz/

patois /pa.twa/

  1. Qui présente les caractères d’un parler local.
    • Les variantes patoises d’un mot.
    • On publie aujourd'hui les chansons patoises de Bretagne ou d’Aquitaine, mais aucun chant des vieilles provinces où s'est toujours parlée la vraie langue française ne nous sera conservé. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie discutée :
  1. Déverbal de patoier[1] (« agiter les mains », « patouiller », « piétiner »). Le déverbal aurait dû faire patoi (→ voir tournoyer et tournoi) mais le /s/ est analogique des autres noms de langues beguois, clerjois, gabois, jargonnois, sotois. Il aurait signifié « gesticulation » puis « comportement grossier » et « langage particulier ». Contre cette hypothèse, le sens de « pays, patelin, village ».
  2. Avec, pour variante patrois du bas-latin *patriensis[2] composé de patria (« patrie ») et -ensis (« -ois »). Contre cette hypothèse, le fait que le /r/ est tombé.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

patois /Prononciation ?/ masculin

  1. Patois, langue du pays.
    • Lais d'amors et sonnés corrois
      Chantoit chascun en son patois,
      Li uns en haut, li autre en bas
      (la Rose, 710, XIIIe.)
    • Si apperceus venir de la forest une merveilleuse cyngesse grande et layde sans comparaison, et la suyvoient tant de cinges que sans nombre ; et pour ce à celle fois, si je fuz esbahy, ce n'est pas merveille ; car ilz faisoient contenance en leur patois de moy mettre à mort.
  2. Patelin, village, pays.
    • Plusieurs femmes y alloient [écouter un prédicateur] curieusement de nuict et de jour, qui se garnissoient en leurs patois [en leurs localités] de pierres, cendres, cousteaulx et autres ferremens et bastons, pour frapper ceux qui lui voudroient nuire ou empescher sa dicte predication (Chronique scand. de Louis XI, p. 396)

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg (patois)