rébellion

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Rebellion, rebellion

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(milieu du xiie siècle) Dérivé du latin rebellio (« reprise des hostilités, rébellion, révolte; soulèvement »). [1]
Ac. 1694-1798: rebellion; depuis 1798: ré-. [2]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
rébellion rébellions
/ʁe.bɛ.ljɔ̃/
ou /ʁe.be.ljɔ̃/

rébellion /ʁe.bɛ.ljɔ̃/ ou /ʁe.be.ljɔ̃/ féminin

  1. Révolte, soulèvement, insurrection, résistance ouverte aux ordres de l’autorité légitime.
    • Vous verrez dans une seule vie toutes les extrémités des choses humaines : (…) des changements inouïs; la rébellion longtemps retenue, à la fin tout à fait maîtresse ; nul frein à la licence ; les lois abolies; la majesté violée par des attentats jusqu'alors inconnus; l'usurpation et la tyrannie sous le nom de liberté ; une Reine fugitive, qui ne trouve aucune retraite dans trois royaumes, et à qui sa propre patrie n'est plus qu'un triste lieu d'exil. (Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette de France, reine d'Angleterre, 1669)
    • On tira le coup de canon, et à la nuit les gens de ronde le trouvèrent caché sous la quille d’un vaisseau en construction; il résista aux gardes-chiourme qui le saisirent. Évasion et rébellion. (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 6, 1862)
    • Pendant ce temps, dans la cité géante, le mouvement insurrectionnel échappait à tout contrôle. […]. Au début, la rébellion ne se manifesta que par des vociférations isolées, des harangues sur les places et des excitations dans la presse. (H. G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 ; traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 233, Mercure de France, 1921)
  2. (Figuré) Révolte, soulèvement des sens, du cœur, de l'âme contre la raison.
    • La rébellion des sens contre la raison, contre les conventions sociales etc.
    • Et mon devoir confus, languissant, étonné, Cède aux rébellions de mon cœur mutiné. (Corneille, Cinna, I, 2, 1642)
  3. L’ensemble des rebelles.
    • La rébellion a été vaincue.
  4. (Droit) Action d’empêcher par violence et par voie de fait l’exécution des ordres de la justice.
    • Faire rébellion à la justice.
    • Procès-verbal de rébellion.
    • ...je sais que, pour un million, Vous ne voudriez pas faire rébellion (Molière, Tartuffe, V,4,1664)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]