raison

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin rationem, accusatif de ratio.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
raison raisons
/ʁɛ.zɔ̃/

raison /ʁɛ.zɔ̃/ féminin

  1. (Au singulier) Faculté intellectuelle par laquelle l’homme connaît, juge et se conduit.
    • Ce principe de la philosophie cartésienne, je pense, donc je suis, est ce que les adversaires du cartésianisme ont attaqué avec le plus de persévérance; et cela se conçoit, car ce principe admis, l'autorité de la conscience et de la raison s'ensuit nécessairement. (Jules Simon, Introduction de: « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
    • Nous aurions pu discuter à l'infini sans tomber d'accord sur la nécessité qu'évoquait l'inspecteur. C'était, en effet, plus au sentiment qu'à la raison qu'il appartenait, somme toute, de nous départager. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • L’esprit de l’islam n'est pas rationnel, au sens grec du terme, puisque Dieu était au-delà de la raison et que « Son ordonnance de l'univers » devait être acceptée et non expliquée. (P.J. Vatikiotis, L’Islam et l'État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992)
    • Souvent, l'instance pour connaître le monde et prendre le contrôle de soi-même a été désignée sous le nom de « raison ». Celle-ci s'inscrit dans une structure hiérarchique où elle se trouve à représenter le plus haut de l'esprit, alors que les autres instances, imagination, mémoire, perception, sensation, se situent de l'autre côté, en direction du corps. (Pierre Bertrand, Éloge de la fragilité, éditions Liber, Montréal, 2000, p. 121)
    • Sa raison s’affaiblit. — Sa raison s’égare. — Un être privé de raison. — Il a recouvré la raison.
  2. (Au singulier) (En particulier) (Philosophie) Ensemble de principes philosophiques de la connaissance ou de l'action
    • L'âme de Wesley avait besoin d'un feu plus vif. Un jour (24 mai 1738), dans une sorte d’illumination, il entrevit la vraie foi qui est un lien vivant et non une opération de la raison. (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.600)
    • Si Gobineau a été l'objet du dégoût, de la crainte, de l’ostracisme de nos « rationalistes », c'est qu'il s'est élevé à la fois contre leurs faux raisonnements et contre leur absurde principe de la primauté de la raison : […]. (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, p.33)
    • Martin Luther était un défenseur acharné de la foi, […]. Luther blâmait la raison d'être « une belle putain » et la « fiancée du diable ». Il écrivait : « Il n'existe sur Terre, parmi tous les périls, rien de plus dangereux qu'une raison adroite et bien pourvue, surtout si elle s'occupe de questions spirituelles qui touchent à l'âme et à Dieu ». (David E. Walker, La pauvreté de la foi, dans Le Québec sceptique, n°21, p.32, hiver 1992)
  3. (Au singulier) Faculté de raisonner, d’établir des démonstrations, d’administrer des preuves.
    • La raison discursive.
    • La raison géométrique.
  4. (Au singulier) Le bon sens, le bon usage de la raison, la sagesse, la justesse d’esprit.
    • La parfaite raison fuit toute extrémité,
      Et veut que l’on soit sage avec sobriété.
      (Molière, Le Misanthrope, Philinte, acte I, scène I, 1667)
    • Il faut que la raison domine tous nos actes. Or, que nous dit la raison : c’est que si le colonel Everest et ses compagnons, harassés par un voyage pénible, manquant peut-être du nécessaire, perdus dans cette solitaire contrée, ne nous trouvaient pas au lieu de rendez-vous, nous serions blâmables à tous égards. (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais, 1872)
  5. (Au singulier) Ce qui est de devoir, de droit, d’équité, de justice.
    • Se rendre à la raison.
    • Réduire quelqu’un à la raison, le ranger, l’amener, le mettre à la raison.
    • La droite raison le veut.
    • C’est la raison même.
    • C’est raison, c’est bien raison que chacun soit maître chez soi.
    • Cela est contre tout droit et raison, contre toute raison.
    • Mettre la raison de son côté.
    • Mettre quelqu’un à la raison signifie Réduire quelqu’un par la force.
    • Avoir raison, être fondé dans ce qu’on dit, dans ce qu’on fait.
    • Vous avez tort, c’est lui qui a raison.
    • Il a raison contre vous.
    • C’est un homme qui veut toujours avoir raison.
    • Ils prétendent tous deux avoir raison.
    • Il a eu raison de congédier ce domestique.
    • Il a eu raison en cela.
    • Vous n’avez pas eu raison de vous emporter ainsi contre lui.
  6. (Au singulier) Réparation d’un outrage, d’un affront.
    • Demander, tirer raison d’une offense.
    • Demander raison à quelqu’un.
    • Tirer raison de quelqu’un.
    • Faire raison à quelqu’un.
  7. Preuve par discours, par argument.
    • Forte, puissante raison.
    • Raison démonstrative, décisive, péremptoire.
    • Raison valable.
    • Faible raison.
    • Raison plausible, spécieuse.
    • Donnez-nous de meilleures raisons.
    • Je suis frappé, touché de vos raisons.
    • Je me rends à vos raisons.
    • Il m’a payé de mauvaises raisons.
  8. Sujet, cause, motif.
    • Nous avons donc toutes sortes de bonnes raisons pour considérer les plantes adventices comme nuisibles, et pour chercher à nous en débarrasser : […]. (Les mauvaises herbes et leur destruction, dans Almanach de l'Agriculteur français - 1932, p. 83, éditions La Terre nationale)
    • Il était question dans la complainte d’un assassin qui expose aux juges les raisons qui l’ont poussé à tuer sa maîtresse. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
    • Quelle raison avez-vous d’en user comme vous faites ?
    • Je ne sais pas les raisons qu’il a eues d’entreprendre cette affaire.
    • J’ai de bonnes raisons pour en user ainsi.
  9. (Droit) Titres et prétentions qu’une personne peut avoir. On l’emploie principalement dans ces phrases :
    • Céder ses droits, noms, raisons et actions; être subrogé aux droits, noms, raisons et actions de quelqu’un.
  10. (Droit) Dénomination d’une société par les noms des associés, énoncés de la manière prévue par l’acte d’association pour signer toutes les pièces commerciales.
    • Cette maison de banque est sous la raison, sous la raison sociale Gautier, Lefèvre et compagnie.
  11. (Désuet) La part d’un associé dans le fonds d’une société de commerce.
    • Sa raison est d’un tiers, d’un cinquième. En ce sens il a vieilli; on dit : Son intérêt, sa part est de tant.
  12. (Mathématiques) Différence ou quotient de deux termes consécutifs, dans une progression, suivant qu’il s’agit d’une proportion arithmétique ou d’une proportion géométrique.

Expressions[modifier]

Quoi! Vous avez fait cette chose absurde ? Il faut que vous ayez perdu la raison.
C’est un homme qui parle toujours raison. Il faut autant qu’on peut parler raison aux enfants.
Voilà parler raison.C’est parler raison cela.
  • (Figuré) (Familier) Il n’y a ni rime ni raison se dit en parlant d’un raisonnement faux, d’un ouvrage de l’esprit très mal fait, etc.
Il n’y a ni rime ni raison à tout ce qu’il dit.
Cet auteur a fait une pièce où il n’y a ni rime ni raison.
Ce discours, cet écrit n’a ni rime ni raison.
  • Mariage de raison, Mariage où les convenances, les rapports d’état et de fortune ont été plus consultés que l’inclination.
  • Être de raison, par opposition à Être réel, (Philosophie) se dit de Ce qui n’existe que dans l’esprit, dans l’imagination.
L’homme à l’état de nature est un être de raison. En mathématiques, le point et la ligne sont des êtres de raison.
  • Donner raison à quelqu’un, Prononcer en sa faveur, décider qu’il est fondé en ce qu’il dit ou en ce qu’il fait.
Ces enfants m’ont prié de décider entre eux, j’ai donné raison au plus jeune.
Il donne toujours raison au dernier qui parle.
  • Entendre raison, Acquiescer à ce qui est juste et raisonnable.
Quelque proposition qu’on lui ait faite, il n’a jamais voulu entendre raison.
Enfin vous commencez à entendre raison.
  • Il n’entend pas raison là-dessus se dit d’un Homme qui sur quelque point se montre inflexible, sévère, opiniâtre, toujours prêt à se formaliser.
  • Comme de raison, Comme il est juste, comme il est raisonnable de faire.
  • Plus que de raison, Plus qu’il n’est raisonnable.
Il a bu plus que de raison.
  • Rendre raison de quelque chose, En rendre compte, en expliquer les motifs, les causes.
Je suis prêt à rendre raison de ma conduite.
  • Rendre raison à quelqu’un, Se battre en duel avec lui.
  • Se faire raison soi-même, à soi-même, Se faire justice par force, de sa propre autorité.
Il n’est pas permis de se faire raison soi-même.
L’adversité n’eut pas raison de lui.
  • (Familier) Pas tant de raisons, Façon de parler dont, un supérieur se sert envers un inférieur, pour lui imposer silence et lui marquer que ses objections et ses répliques déplaisent.
  • (Populaire) Avoir des raisons avec quelqu’un, Avoir des difficultés, se quereller avec lui.
  • La raison suffisante d’un fait, La cause qui suffit à le produire et à l’expliquer.
Le principe de raison suffisante.
  • À plus forte raison, Avec d’autant plus de sujet, par un motif d’autant plus fort.
Si l’on est obligé de faire du bien aux étrangers, à plus forte raison en doit-on faire à ses parents.
  • Pour raison à moi connue, de moi connue, Pour un sujet, pour un motif que je ne veux pas faire connaître.
  • Je ne ferai pas ce que vous voulez, pour raison à moi connue. On dit aussi
  • Pour raison à vous connue, Pour un sujet, pour un motif que je n’ai pas besoin de vous dire.
Je n’en dirai pas davantage, pour raison à vous connue.

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin ratio.

Nom commun[modifier]

raison /Prononciation ?/ féminin

  1. Parole, propos, discours.
    • Mettre à raison, adresser la parole à, interpeller.
    • Mettre à raison pourquoi, demander pourquoi.
  2. Langage.
  3. Façon de s’exprimer, expression, tournure.
  4. (Littérature) Composition poétique.
  5. Raisonnement.
  6. Parole donnée, promesse.
  7. Prière.
  8. Justice, droit.
    • avoir sa raison de, avoir raison de.
    • Contre raison, injustement.
  9. Droit, revendication.
  10. Raison (faculté).
    • estre de raison, être calme, en possession de ses facultés mentales.
  11. Moyen, méthode.
  12. Taux, proportion, ratio.
    • a tres grande raison, à très bon compte.
    • a raison de, au taux de.
  13. Compte.

Synonymes[modifier]

Références[modifier]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg (raison)