faculté

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Vers 1210) Emprunté au latin facultas (« faculté, facilité, capacité »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
faculté facultés
/fa.kyl.te/

faculté /fa.kyl.te/ féminin

  1. Puissance physique ou morale qui rend un être capable d’agir d’une certaine manière, de produire certains effets.
    • Alors, quand toutes les facultés sont suspendues, nous devenons semblables aux démons de l’enfer qui ressentent le remords, mais qui ignorent le repentir. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mais en considérant les facultés corporelles et intellectuelles, et les autres moyens de chaque homme en particulier, nous y trouverons encore une plus grande inégalité relativement à la jouissance du droit naturel des hommes. (François Quesnay, Observations sur le Droit naturel des hommes réunis en société, 1765)
    • La faculté de comprendre ou l’impossibilité de comprendre, dit fort judicieusement M. Mill, ne peut, dans aucun cas, être considérée comme un critérium de Vérité axiomatique. (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
  2. (Par extension) Cette possibilité d’agir, en parlant de choses.
    • L’aimant a la faculté d’attirer le fer.
  3. (Vieilli) Pouvoir, moyen, droit de faire une chose.
    • Les anciens socialistes avaient eu l’intuition de cette loi lorsqu'ils avaient deman­dé que chacun produisît suivant ses facultés ; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.354)
    • Il est mineur, il n’a pas la faculté de disposer de ses biens.
  4. (Au pluriel) Les biens, les ressources, les moyens d’une personne.
    • Tous les hommes sont frères ; ils apportent, en naissant, des droits égaux aux avantages que la société procure. Ils ne diffèrent entre eux que par les facultés personnelles ; […]. (Achille de Jouffroy, Avertissement aux souverains sur les dangers qui menacent l'Europe, p.34, 1831)
    • Deux sortes de personnes contractent nécessairement beaucoup d'insensibilité: les chirurgiens, les prêtres. A voir toujours souffrir et mourir, on meurt peu à peu soi-même dans les facultés sympathiques. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, Préface de la 3e édition, p.XVIII)
  5. Corps d’enseignement supérieur formant une fraction d’une université.
    • […] les Papes […] font de l'Université de Paris, devenu le centre des études scolastiques au début du XIIIe siècle, « la citadelle de la foi catholique ». Au dessus des Facultés des arts, les dominant et les régentant de très haut, se dresse la Faculté de théologie. (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • La victime, face contre terre, était coincée dans la ruelle du lit, fesses en l'air. Pas besoin d'être diplômé de la faculté Xavier-Bichat pour comprendre qu'il était raide mort. (Patrick de Funès, médecin malgré moi, 2008)
  6. (Absolument) La faculté de médecine, ou un médecin traitant qui y a été formé.
    • Par ordonnance de la faculté.
  7. (Désuet) Genre d’exercice ou de composition scolaire.
    • Il a eu le prix en différentes facultés.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

division d’une université

  • UFR (remplace en France le terme de faculté)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]