puissance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Dérivé de puissant.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
puissance puissances
/pɥi.sɑ̃s/

puissance /pɥi.sɑ̃s/ féminin

  1. Pouvoir d’imposer son autorité.
    • La puissance du faible qui peut se glisser partout est plus grande que celle du fort qui se repose sur ses canons. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Domination, empire.
    • Mais quand l’Église, profitant de l’effondrement de la puissance romaine et du désarroi provoqué à travers les Gaules par les invasions barbares, s’installa dans le pays sans que nul n’y prît garde, son premier soin fut de s’assurer de la possession des terres. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  3. État souverain.
    • Il jouait bien involontairement un rôle sinistre et mystérieux – le rôle d’espion international. Il surprenait des secrets ; il menaçait, en fait, les projets d’une puissance non moindre que l’Empire Germanique ; il se jetait étourdiment dans le foyer ardent de la WeltPolitik. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 112, Mercure de France, 1921)
    • Au total, la Révolution n'est restée maîtresse du terrain qu'en Russie, après une lutte acharnée des Rouges contre les Blancs, ceux-ci soutenus par les puissances occidentales. (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, p.13)
    • Au moment où prenaient fin les principaux affrontements de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis, sur le plan militaire, s’étaient substitués dans le monde entier à la plupart des autres puissances capitalistes. (Armando Uribe, Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974)
  4. (Familier) (Au pluriel) Ceux qui possèdent les premières dignités de l’État.
    • Avoir accès auprès des puissances.
    • Il ne faut pas se brouiller avec les puissances.
    • Il est bien avec toutes les puissances du jour.
  5. Pouvoir de faire une chose.
    • Leur pouvoir était illimité ; ils guérissaient les malades abandonnés des médecins, rendaient fécondes les terres stériles, arrêtaient les épidémies de bestiaux, mais ils n’étaient point toujours d’humeur à ces sorcelleries bienfaisantes, et, plus volontiers, ils se servaient de leur puissance magique pour tourmenter les hommes et les bêtes. (Octave Mirbeau, Rabalan)
    • On voulait voir dans son fait de la superstition et de la magie ; on lui reprochait d’attribuer à certains objets, à ses armes, à son étendard, à ses anneaux, une puissance miraculeuse : […]. (Jacques Porchat, La vie et la mort de Jeanne d’Arc, racontées a la jeunesse, p. 145, Borrani & Droz, 1852)
    • À l’état naturel, les résineux comme les feuillus ont une grande puissance de conquête et une grande longévité. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 16)
  6. Force.
    • Il affirme ainsi sa puissance, un peu par défi contre ceux de Vencimont ou de Vinemme, des Belges qui viennent se vanter en France de leurs forces pour enjôler les filles. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
  7. (Sociologie) Probabilité, potentiel, capacité d’un acteur d’imposer sa volonté à un autre.[1]
  8. (Figuré) Ce qui exerce beaucoup d’empire sur l’âme ou sur l’esprit.
    • Le général se croyait sous la puissance d’un songe, quand il se trouva les mains liées et jeté sur un ballot comme s’il eût été lui-même une marchandise. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
    • Il est donc impossible pour le vétérinaire légiste, s’il n’a recueilli aucun renseignement, de pouvoir affirmer, à l’examen d’une morsure, si cette morsure a été faite par un animal sain ou un animal en puissance de rage. (Alfred Gallier, Médecine légale vétérinaire, 1895)
  9. Efficacité qu’on attribue à certains remèdes, à certaines substances. Vertu, propriété.
    • Le quinquina a la puissance de guérir la lièvre. - L’aimant a la puissance d’attirer le fer.
  10. (Philosophie scolastique) Possibilité qui n’est pas encore réalisée.
    • Réduire la puissance en acte.
    • Un gland est un chêne en puissance, parce qu’un gland peut devenir un chêne.
    • Mais le frisson n'était pas une qualité naissante, un passage de la puissance à l'acte; c'était une chose; une chose-frisson se coulait dans l'arbre, s'en emparait, le secouait, et soudain l'abandonnait, s'en allait plus loin tourner sur elle-même. (Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938)
  11. (Mécanique) Ensemble de forces motrices, de tout ce qui imprime ou peut imprimer un mouvement.
    • Dans un moulin à eau, l’eau est la puissance.
    • Toutes les puissances mécaniques se réduisent au levier et au coin.
    • Puissance motrice.
  12. (Optique) Portée d’un instrument d’optique.
    • Si, avec un télescope d’une profonde puissance, nous examinons soigneusement le firmament, nous découvrirons une ceinture de groupes faite de ce que nous avons jusqu’à présent nommé des nébuleuses, […]. (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
  13. (Physique) Quantité de travail fourni, ou susceptible d’être fourni ou consommé par une machine, en un temps déterminé.
    • Malgré la marche extrêmement régulière du moteur, malgré son déploiement absolu de puissance, j’ai dû arracher le manche de toute la force de mes deux bras. (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Le 15 janvier 1924, la centrale produit ses premiers kilowattheures. La station affiche bientôt une puissance de 124 MW. (Ludovic Dupin, La centrale qui a électrifié la Bavière, dans L’Usine nouvelle, n°3252, 8 septembre 2011, page 8)
  14. (Par extension) (Familier) Consommation d’un appareil électrique.
    • La puissance de cette ampoule est de 40 watts.
  15. (Géologie) Épaisseur d’une couche de minerai exploitable entre deux couches de roches.
    • Elle se présente en couches d'épaisseur très-variable, qui quelquefois n'ont que 4 à 5 mètres de puissance, et d'autres fois dépassent 50 mètres ; mais il est à remarquer que les couches les plus puissantes sont rarement les plus avantageuses pour l'exploitation. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.17)
  16. (Au pluriel) (Religion) Une des hiérarchies des anges.
    • Afin d’en finir avec cette orfèvrerie symbolique, disons encore que […] la sarde évoque les Séraphins, la topaze les Chérubins, le jaspe les Trônes, la chrysolithe les Dominations, le saphir les Vertus, l’onyx les Puissances, le béryl les Principautés, le rubis les Archanges et l’émeraude les Anges. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  17. (Mathématiques) Produit d’une quantité un nombre entier de fois par lui-même, la quantité pouvant être un nombre réel ou complexe, une indéterminée, etc.
    • 128 est une puissance de 2.
  18. (Mathématiques) Nombre de fois qu’on multiplie une quantité par elle même.
    • 3 élevé à la puissance 4 vaut 81.
  19. (Droit) ?
    • Cette femme est en puissance de mari, (Droit) Elle ne peut contracter ni disposer de rien sans être autorisée de son mari.
    • De notre pleine puissance, (Histoire) Formule dont le roi se servait en certaines lettres patentes.
    • Gusman (parlant de Don Juan) --... jusqu’à forcer dans sa passion l’obstacle sacré d’un couvent, pour mettre Done Elvire en sa puissance. (Molière, Don Juan, acte I scène I)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • Avoir une personne, une chose en sa puissance, En être le maître, le possesseur, en pouvoir disposer à son gré.
  • Ce jeune homme est en puissance de père et de mère, (Droit) Il ne peut disposer de rien sans le consentement de son père, de sa mère.
De notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, avons ordonné…
  • Traiter de puissance à puissance, (Politique) Traiter d’égal à égal.
  • Il devient une puissance (Familier) se dit d’un Homme qui acquiert du crédit et du pouvoir.
  • Il croit, il se figure être une puissance (Familier) se dit d’un Homme qui croit mal à propos avoir de l’autorité, du crédit.

 (information à préciser ou à vérifier)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Philippe Deubel, Marc Montoussé, Dictionnaire de Sciences économiques & sociales, page 492, 2002, Rosny-sous-Bois, Bréal

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du français puissance.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
puissance
/ˈpju.ə.səns/
puissances
/ˈpju.ə.sən.sɪz/

puissance /ˈpju.ə.səns/

  1. (Littéraire) (Rare) Puissance.