imposer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin imponere (« appliquer »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

imposer /ɛ̃.po.ze/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Mettre dessus. — Note : En ce sens, il ne se dit guère au propre que dans : imposer les mains.
    • Le sorcier imposait les mains sur les malades ; les malades donnaient une gifle au sorcier, et ils s’en retournaient guéris. Cela coûtait deux sous. (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • L’évêque impose les mains en donnant la prêtrise.
  2. (Figuré) Prescrire ou infliger à quelqu’un une chose incommode, pénible ou difficile.
    • Pourquoi deux poids, deux mesures ? Pourquoi certains contrôles techniques sont-ils imposés tyranniquement à certains constructeurs et non à d’autres ? (Jean Mermoz, Mes Vols, p.108, Flammarion, 1937)
    • En lui donnant cette commission, on lui a imposé une tâche difficile à remplir.
    • Imposer des conditions très dures.
    • Le vainqueur impose la loi aux vaincus.
    • Imposer une servitude au propriétaire d’un domaine.
    • Le devoir si doux que vous impose la nature.
    • Le sacrifice que lui impose la raison.
    • Votre charge vous impose de grandes obligations.
    • S’imposer une tâche.
    • Imposer silence aux médisants, à la calomnie, au mensonge.
    • Imposer le silence aux passions, les réprimer, empêcher qu’elles ne troublent l’âme, qu’elles ne l’agitent.
  3. (Par extension) Rendre obligatoire.
    • Non content de s’immiscer dans la conduite des affaires publiques, en imposant son point de vue et ses préjugés aux souverains, le clergé prétendit s’immiscer également dans la vie religieuse du judaïsme. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Pronominal)[…]; mais comme la mère Désiré agonisait et que quelques autres ne valaient guère mieux, il jugea que l’enquête rigoureuse et sévère qui s’imposait devait lui faire découvrir la source occulte de cette extraordinaire épidémie. (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Si la topographie l’exige, le préfet peut imposer sur certaines voies l’obligation de munir tout véhicule d’un frein ou d’un dispositif d’enrayage. (Article 17, Code de la route, France, 30 octobre 1935)
  4. Forcer quelqu’un pour qu’il accueille une personne ou pour qu’il accepte une chose.
    • Deux jours plus tard, la défaite est consommée avec la formation du gouvernement Pétain, décidé à demander l’armistice au plus tôt. Le 25 juin, après trois jours de négociations et de menaces, les Allemands imposent leurs conditions. (Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945: une colonie dans la guerre, p.45, Karthala éditions, 2006)
    • Cet homme cherche à s’imposer dans cette maison.
    • Il s’imposa comme directeur de l’entreprise.
  5. Inspirer du respect, de l’admiration, de la crainte, faire impression.
    • Toutefois, si un magnanime sentiment de fraternité s’imposait sincèrement et définitivement, sans arrière pensée, à tous les esprits européens, alors nous n’aurions pas à nous inquiéter du cosmopolitisme marseillais, intéressant embryon de la civilisation future. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • Sa belle prestance impose le respect.
    • Sa présence m’impose.
    • C’est un homme dont la présence en impose.
    • Il impose par la fierté de son regard, par son aspect majestueux.
    • Notre fière contenance imposa aux ennemis.
    • Ces bravades ne peuvent imposer qu’aux âmes faibles.
    • C’est un homme qui s’est imposé par son mérite, dont la présence s’impose.
    • C’est un choix qui s’impose.
  6. Taxer, en parlant des tributs, des droits, des contributions, des taxes, des impôts que le gouvernement exige des particuliers dans l’intérêt commun.
    • Imposer une contribution de guerre.
    • Imposer un tribut sur un pays conquis.
    • Imposer des droits sur les blés étrangers.
    • Imposer de nouvelles contributions, de nouvelles charges.
    • Imposer une commune.
    • Une loi autorise ce département à s’imposer extraordinairement deux centimes additionnels, ou de deux centimes additionnels.
    • Imposer quelqu’un à tant.
    1. (Par extension) Se dit aussi des matière sur lesquelles on met des impôts.
      Imposer le vin, le sel, les cartes.
      Imposer les allumettes.
  7. (Imprimerie) Ranger, disposer les pages qui doivent composer une forme, de telle sorte qu’elles se trouvent dans l’ordre convenable sur la feuille imprimée et pliée.
    • Ces pages sont composées, il faut les imposer.
    • Imposer une feuille.

s’imposer /s‿ɛ̃.po.ze/

  1. Imposer ses convictions, sa domination.
    • Heureusement, l’idée de Copernic a fini par s’imposer puisque ce système fonctionnait mieux et utilisait moins d’hypothèses invérifiées que celui de Ptolémée. (Barry Williams (traduit par Claude Lafleur), L’astrologie confrontée aux progrès de l’astronomie, dans Le Québec sceptique, n°24, p.41, décembre 1992)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]