commun

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin communis formé du préfixe com- (avec) et d’une racine dérivée du substantif munus (« devoir », « office », « emploi », « fonction », « tâche ») issu d'une racine indo-européenne mei signifiant (« changer »), (« aller »), (« échanger ») et dont les dérivés (→ voir monnaie, municipalité, immunité, etc.) se réfèrent aux échanges de biens et services dans une société selon les lois et les règles établies. [1]

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin commun
/kɔ.mœ̃/
communs
/kɔ.mœ̃/
Féminin commune
/kɔ.myn/
communes
/kɔ.myn/

commun /kɔ.mœ̃/

  1. Qui sert, qui peut servir à tout le monde ou seulement à plusieurs personnes.
    • Un puits commun. — Une cour commune. — Passage, escalier, chemin commun.
    • Cela est commun à tout le bourg, commun aux deux maisons.
    • Les biens les plus précieux, répondit M. Bergeret, sont communs à tous les hommes et le furent toujours. L'air et la lumière appartiennent en commun à tout ce qui respire et voit la clarté du jour. (Anatole France, Monsieur Bergeret à Paris, ch. XVII, 1901)
  2. Partagé par différents êtres ou par différentes choses.
    • Le boire et le manger sont communs à l’homme et aux animaux.
    • La vie végétative est commune aux animaux et aux plantes.
    • Qualités communes. — Traits, caractères communs.
    • Ami commun. — Péril commun. — Des goûts communs les rapprochèrent.
    • Cette douleur, cette joie m’est commune avec bien des gens.
    • Entreprendre une chose à frais communs. — La commune mesure de deux quantités.
    • J’ai cela de commun avec lui. — Cette affaire n’a rien de commun avec celle dont il s’agit.
  3. (En particulier) Mutuel, réciproque.
    • D’un commun accord.
  4. Public, collectif.
    • L’intérêt commun ; le bien commun.
  5. Général, ordinaire, habituel, Moyen ; qui appartient ou peut appartenir à la plupart des hommes ou à un grand nombre d’hommes.
    • […] une décence qu'on ne trouve pas à ce point dans les campagnes où la trivialité est si commune. (Jean Rogissart, Hurtebise aux Griottes, 1954, p.31)
    • C’est l’opinion commune.— Une erreur très commune. — Une destinée commune.
    • L’usage en est fort commun. — Il n’y a rien de si commun, rien n’est plus commun.
    • Cette terre donne tant de revenu, année commune, bon an, mal an, en compensant les mauvaises années avec les bonnes.
  6. Répandu et abondant ; fréquent, courant.
    • Les melons sont fort communs cette année.
    • Les bons muscats sont communs en Languedoc, en Provence.
    • Il est commun de croiser des cerfs dans ces forêts.
  7. (En particulier) (Mathématiques) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
  8. (Géométrie) Ce qui appartient à la fois à deux figures que l’on compare.
    • L’angle a, le côté b et c sont communs à tel triangle et à tel autre.
  9. (Droit) Relatif à une communauté de biens.
    • Époux communs en biens.
    • Le contrat porte que les époux seront communs en biens.
  10. (Linguistique) Qualifie les mots, les termes ordinaires d’une langue, par opposition à ceux qui ne sont usités que dans les arts et dans les sciences.
  11. (Linguistique) Qualifie la langue qui est parlée le plus généralement dans un pays, ou parfois sert de langue d'échange (koiné).
    • En France, le français est la langue commune.
  12. Qui est médiocre, qui ne sort pas de l’ordinaire, qui est peu estimable dans son genre.
    • Il a fait un discours très commun. — C’est un orateur fort commun.
    • Une invention commune. — Rien de plus commun.
  13. De peu de valeur et d’une qualité médiocre.
    • Un marchand qui n’a que des marchandises très communes.
    • Il n’y a là rien que de commun.
  14. Vulgaire, bas, par opposition à noble, distingué.
    • Son langage est bien commun. — Cette femme a des manières communes.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
commun communs
/kɔ.mœ̃/

commun /kɔ.mœ̃/ masculin

  1. Société entre deux ou plusieurs personnes.
    • Il faut prendre cette dépense sur le commun.
    • Vivre sur le commun, Vivre aux frais d’une société, sans prendre sa part de la dépense commune.
    • En commun, Ensemble, en société.
    • Ils ont mis leur bien en commun.
    • Ils vivent en commun.
    • Travailler en commun.
    • Ils jouissent de la succession en commun, jusqu’à ce qu’ils aient fait le partage.
  2. Le plus grand nombre, la plus grande partie.
    • Le commun des hommes.
    • Le commun des lecteurs.
    • Il est hors du commun.
    • Il passe le commun.
    • Il est au-dessus du commun.
    • Sa charge le tire du commun.
  3. Peuple.
    • Une personne du commun.
    • Cette personne, cette chose est du commun, elle n’est pas de grand mérite, de grand prix.
  4. (Liturgie) L’office général des apôtres, des martyrs, etc., pour qui l’église n’a point réglé d’office particulier.
    • Le commun des apôtres, des martyrs, des confesseurs, des vierges, etc.
    • Être du commun des martyrs, ne se faire distinguer par aucun talent, par aucune qualité.
  5. (Au pluriel) Bâtiments annexes qui servent aux cuisines, aux garages, aux écuries et généralement aux différentes parties du service.
    • Plus tard, avant l’arrivée des grands froids, si le temps ne manquait pas, on élèverait les communs destinés aux soldats, …. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
  6. (Grammaire) Genre présent dans certaines langues, particulièrement germaniques, exprimant que la terminaison est la même au masculin et au féminin [2].
    • Le mot "lag" (« loi ») est du genre commun en suédois.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin communis.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

commun /Prononciation ?/

  1. Commun.
    • Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvaraeio cist meon fradre Karlo, et in adiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dist, in o quid il mi altresi fazet; et ab Ludher nul plaid numquam prindrai, qui meon vol, cist meon fradre Karle in damno sit. (Serments de Strasbourg)
      Pour l’amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre commun salut, à partir de ce jour, autant que Dieu me donnera savoir et pouvoir, je défendrai mon frère Charles par mon aide et en toute chose, comme on doit de droit secourir son frère, pourvu qu’il fasse de même pour moi, et je ne prendrai jamais avec Lothaire aucun plaid qui, de ma volonté, soit dommageable à mon frère Charles.