force

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Force, forcé

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du bas latin fortia, pluriel neutre substantivé de l’adjectif fortis (« courageux, ferme, brave »). Le maintien de o (on aurait attendu *feurce : cf. tertiustiers avec diphtongaison conditionnée de ĕ tonique) est analogique de fort.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
force forces
/fɔʁs/

force /fɔʁs/ féminin

  1. Faculté naturelle d’agir vigoureusement, en particulier en parlant de l’homme et des animaux.
    • Force physique. — Force musculaire. — Une force d’Hercule.
    • Frapper de toute sa force. — Lancer une chose avec force.
    • Crier de toute la force de ses poumons.
    • Perdre de sa force. — Reprendre quelque force.
  2. (Figuré) Aptitude à réfléchir, à concevoir, à produire, en parlant de l’esprit, de l’imagination, du génie, etc.
    • La force, les forces de l’intelligence. — Par la force de son génie.
    • L’esprit humain n’a pas assez de force pour pénétrer tous les secrets de la nature.
  3. Habileté, talent, expérience qu’on a dans un art, dans un exercice, etc.; et, en général, ensemble des ressources dont on peut disposer, des facultés, du bien, du crédit, du pouvoir, etc., dont on jouit.
    • Ces deux joueurs, ces deux écoliers, sont d’égale force. — Ses adversaires ne sont pas de sa force.
    • Cet écrivain n’est pas de force à traiter un pareil sujet. — Il est de première force aux échecs.
    • S’opposer de toutes ses forces à l’adoption d’une mesure dangereuse.
  4. Énergie vitale ; vigueur.
    • Lorsque l’on ne peut faire autrement que d’affronter le mauvais temps, les forces humaines se décuplent et l’esprit devient plus clairvoyant. (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Et tout le village bientôt, à des degrés variant selon la constitution et la force de résistance de chacun, fut en proie à des malaises étranges, symptômes inexplicables d’empoisonnement. (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il s’acharnera au travail, il ne ménagera ni son temps, ni ses forces, à une époque où le radium et la radiothérapie profonde était encore inconnue. (Bulletin de la Société d'obstétrique et de gynécologie de Paris, 1924, vol.3, p.403)
  5. Énergie, activité, intensité d’action.
    • La lutte des intérêts matériels et des principes moraux, de l’utilité et du devoir, du matérialisme et du spiritualisme, se représente ici avec une nouvelle force, et sous un point de vue encore plus important. (Pellegrino Rossi, Traité de droit pénal, 1829, p.180)
    • […] ; et le gros des troupes était une horde de barbares dans toute la force du terme. C’était de ces figures étranges qui avaient parcouru la Gaule au temps d’Attila et de Chlodowig, […]. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • L’alcool donne au vin sa force et sa propriété enivrante ; il dérive du sucre, et n'existe jamais tout formé dans le raisin. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.135)
    • La force de la chaleur. — La force d’un coup.
    • S’élever avec force contre les abus.
    • Cet homme semblait entraîné à sa perte par une force irrésistible.
    • La force d’un argument, d’une preuve, d’une objection.
    • Des vers pleins de force et d’éclat.
    • Sentez-vous toute la force de ce mot, de cette expression ?
  6. Abondance et vigueur.
    • La force de la sève. — La force d’une passion, d’un sentiment.
    • Son amour sembla renaître avec plus de force.
  7. Volonté, caractère, sensibilité, fermeté d’âme, courage qui fait braver les obstacles ou supporter le malheur, les maux, les tourments.
    • La force morale triomphe de la force physique, et c’est vainement que les Peel et les Wellgton de la société voudraient s’opposer à ses progrès vers la prospérité et la liberté ; […]. (Anonyme, Réélection d’O’Connell en Irlande, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Il lui a fallu beaucoup de force pour dompter cette émotion.
    • Quelle force morale il faut pour accepter une telle existence, pour accomplir une telle mission!
    • Elle a une force de caractère, une force d’âme digne d’admiration.
    • N’avoir pas la force de faire une chose, ne pouvoir pas se déterminer à la faire.
    • Je n’eus pas, je ne me sentis pas la force de lui en dire davantage.
    • Il n’eut pas la force de refuser.
  8. Puissance d’un peuple, d’un état, de tout ce qui contribue à le rendre ou à le maintenir puissant.
    • Le pays réparait lentement ses forces. — La force militaire d’un empire.
    • Les forces comparées de la France et de l’Angleterre.
  9. (En particulier) (Militaire) Ce qui la rend une armée redoutable.
    • La discipline est ce qui fait la principale force des armées.
  10. (Militaire) L’ensemble des moyens de défense d’une place forte, ses fortifications, sa garnison, etc.
    • […], car il était aisé à la garnison de garder les bords de l’Aude, au moyen de la grande barbacane (…) qui permettait de faire des sorties avec des forces imposantes et de culbuter les assiégeants dans le fleuve. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  11. Personne ou institution qui possède ou exerce un pouvoir, une influence, une contrainte ou une autorité.
    • La ploutocratie chilienne s’était appuyée sur deux forces : les milieux réactionnaires de la Marine et les intérêts impérialistes britanniques. (Armando Uribe, Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974)
    • Opposer la force à la force.
    • Avoir la force en main.
    • La force publique.
    • Les agents de la force publique.
    • Force majeure.
    • Force est demeurée à la loi, les magistrats chargés de l’exécution de la loi l’ont emporté sur toutes les résistances.
  12. Autorité ou influence d’une chose.
    • Les lois étaient sans force.
    • Cette coutume avait force de loi.
    • Décision passée en force de chose jugée.
    • La force des événements.
    • La force de l’évidence.
    • La force de l’exemple, de l’habitude, du préjugé.
    • La force des choses, La nécessité qui résulte logiquement d’une situation.
    • On ne peut lutter contre la force des choses.
    • Cela se fera par la force des choses.
    • La force de la vérité, Le pouvoir que la vérité a sur l’esprit des hommes.
    • La force du sang se dit des mouvements secrets de la nature entre les personnes les plus proches.
  13. (En particulier) Impétuosité.
    • La force de l’eau, du courant.
    • Le sang, l’eau jaillissait avec force.
    • La force du vent.
    • La force du pouls, Le plus ou le moins de vitesse et d’élévation du pouls.
    • Le cœur bat avec force, les pulsations en sont rapides et violentes.
  14. Unité militaire ; corps de troupes requis pour faire exécuter la loi ou les mesures des agents de l’autorité, lorsqu’il y a résistance de la part des citoyens.
    • Si les Spinaliens soutinrent vaillamment un siège contre Charles le Téméraire, il n’en fut pas de même, deux siècles plus tard, quand Louis XIV déploya contre eux ses forces et fit raser […] l’enceinte fortifiée et le château de la ville. (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895)
    • Le gros des forces aériennes indo-britanniques périt dans la Birmanie sur un bûcher d’antagonistes embrasés. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 413, Mercure de France, 1921)
    • Étant donné la nature ambivalente du Corps des carabiniers du Chili (force de police et force constituant virtuellement une quatrième Arme), c'est par un double canal que se sont développées ses relations avec les États-Unis. (Armando Uribe, Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974, p.25)
  15. Solidité, pouvoir de résister.
    • J’allai dans la sellerie où je choisis des courroies solides dont j’éprouvai la force de résistance... […]. (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • La température à laquelle le kérosène brûle est suffisante pour faire perdre à l’acier environ 75 % de sa force. (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
  16. (Physique) (Mécanique) Effet physique qui produit un changement physique comme une pression, un mouvement.
    • Une force qui s’applique en un point.
  17. (Par extension) (Familier) Puissance mécanique.
    • Le curage des vases de la Darse au moyen d'un dragueur à la vapeur de la force de 14 chevaux, a été complet en 1837. (Répertoire des travaux de la Société de statistique de Marseille, p.370, 1838)
    • Les locomobiles de la force de 4 à 5 chevaux ont un poids qui atteint déjà 2000 kilogrammes. (Ch. Drion & E. Fernet, Traité de Physique élémentaire, Masson, 1885, note bas de page 325)
  18. (En particulier) Valeur d’un raisonnement, d’une preuve, d’une raison, etc.
    • L’accusation tirait de ce fait une nouvelle force.
    • Il fallut céder à la force de ces raisons.
  19. (Didactique) Toute cause ou puissance à laquelle on attribue la propriété de produire ou de déterminer certains effets, certains phénomènes.
    • Il serait impossible de comprendre les succès des démagogues, depuis les temps d'Athènes jusqu'à la New York contem­poraine, si on ne tenait compte de la force extraordinaire que possède l'idée de vengeance pour oblitérer tout raisonnement. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.230)
    • Les diverses forces répandues dans la nature.
  20. (Science-fiction) Variante orthographique de Force.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Hyponymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Adjectif indéfini[modifier | modifier le wikitexte]

force /fɔʁs/ masculin et féminin identiques, invariable

  1. (Archaïsme) ou (Littéraire) Beaucoup de.
    • Et ce qui était plus intéressant encore, la Vierge avait, dans ce lieu, accompli force miracles. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Force allusions au passé, force demandes pour l’avenir furent adroitement glissées au roi au milieu de ces harangues ; […]. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons,
      J’ai dévoré force moutons ;
      Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense.
      (Jean de La Fontaine, Les Animaux malades de la peste)
    • De joyeuse humeur, le mari cause avec force gestes, prend parfois les mains de sa femme, la taille aussi ; […]. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.6)
    • Le temps où les Soviétiques soutenaient puissamment les ennemis arabes d’Israël, avec force armes, barrages ou centrales électriques est révolu. (Fabrice Nodé-Langlois, Le Kremlin tente un retour sur la scène du Proche-Orient, dans Le Figaro, 15 octobre 2007)

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe forcer
Indicatif Présent je force
il/elle/on force
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je force
qu’il/elle/on force
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
force

force /fɔʁs/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de forcer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de forcer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de forcer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de forcer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de forcer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Albanais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

force /ˈfɔr.t͡se/

  1. Force.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien occitan[modifier | modifier le wikitexte]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

force masculin

  1. Ciseau.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l'Europe latine, 1838-1844

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De l’ancien français force.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
force
/ˈfɔɹs/
forces
/ˈfɔɹ.sɪz/

force /ˈfɔɹs/ (États-Unis), /ˈfɔːs/ (Royaume-Uni)

  1. Force.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Temps Forme
Infinitif to force
/ˈfɔɹs/
Présent simple,
3e pers. sing.
forces
/ˈfɔɹ.sɪz/
Prétérit forced
/ˈfɔɹst/
Participe passé forced
/ˈfɔɹst/
Participe présent forcing
/ˈfɔɹ.sɪŋ/
voir conjugaison anglaise

force /ˈfɔɹs/ (États-Unis), /ˈfɔːs/ (Royaume-Uni) transitif

  1. Contraindre, forcer.
    • They will not force us,
      They will stop degrading us,
      They will not control us,
      We will be victorious!
      (Muse, Uprising)

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]