loi

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Loi, lói, lợi, lôi, lòi, lội, lồi

Conventions internationales[modifier | modifier le wikitexte]

Symbole[modifier | modifier le wikitexte]

loi

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 du loma (Côte d’Ivoire).

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin lēgem, accusatif de lēx (« loi »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
loi lois
/lwa/
Code Civil: de la publication, des effets et de l’application des lois

loi /lwa/ féminin

  1. Règle, obligations écrites, prescrites ou tacites, auxquelles les hommes se doivent de se conformer.
    • Tout est assujetti ici bas aux loix de la nature : les hommes sont doués de l’intelligence nécessaire pour les connoître & les observer ; […]. (François Quesnay, Analyse de la formule arithmétique du tableau économique de la distribution des dépenses annuelles d’une nation agricole, 1766)
    • Dans ses discours, il défendit avec force cette thèse que la stricte observance des lois religieuses doit s’accompagner, pour devenir méritoire, de la pratique de la justice et de l’amour du prochain, envers les juifs comme envers les non-juifs. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Droit) Prescription de l’autorité législative (État, jurisprudence ou usages) qui règle, ordonne, permet ou défend.
    • La multitude de loix contradictoires et absurdes établies successivement chez les nations, prouve manifestement que les loix positives sont sujettes à s’écarter souvent des régles immuables de la justice, et de l’ordre naturel le plus avantageux à la société. (François Quesnay, Analyse de la formule arithmétique du tableau économique de la distribution des dépenses annuelles d'une nation agricole, 1766)
    • Il faut entrer de force dans le domicile du citoyen: il faut arrêter administrativement l’homme qui ne peut être arrêté qu’en vertu d’une loi ; il faut violer la liberté de l’opinion et la liberté individuelle; il faut en un mot mettre en péril la constitution même de l’État. (Résumé politique, dans L’Ambigu: ou Variétés littéraires et politiques, V.56, 1818, p. 243)
    • Sachent donc ceux qui l’ignorent, sachent les ennemis de Dieu et du genre humain, quelque nom qu’ils prennent, qu’entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit. Le droit est l’épée des grands, le devoir est le bouclier des petits. (R. P. Henri-Dominique Lacordaire, 52e Conférence de Notre-Dame, 1848)
    • Tout ce qui a été dit, […], sur les conséquences funestes des lois successorales imposées par le code Napoléon s'applique exactement à cette autre portion du pays gascon …. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
  3. (Par extension) Toute règle qui est reçue dans le pays et qui y a force de loi, soit qu’elle ait rapport au gouvernement général, soit qu’elle fixe le droit des particuliers.
    • Observer la loi. — Enfreindre, violer, transgresser, éluder, tourner la loi.
    • Invoquer la loi. — Nul n’est censé ignorer la loi.
  4. Puissance, autorité.
    • Alexandre rangea toute l’Asie sous sa loi, sous ses lois.
    • Les peuples vécurent heureux sous ses lois.
    • La loi du vainqueur. — La loi du plus fort.
  5. (Religion) Ensemble des règles de conduite émanant de Dieu ou de ses représentants sur la terre. Les livres sacrés recensant les-dites règles.
    • La loi divine signifie quelquefois la loi naturelle, et plus souvent les préceptes positifs donnés par la révélation.
    • Les livres de la loi, les docteurs de la loi.
    • Ce qu’écrit cet auteur, c’est la loi et les prophètes : C’est une vérité incontestable.
    • L’ancienne loi, ou la loi, la loi de Moïse, la loi des juifs.
    • La loi nouvelle, ou la loi de grâce, la loi de Jésus-Christ, la loi des chrétiens.
  6. (Sciences) Postulat ou énoncé vrai sous certaines conditions.
    • Les radiations absorbées par la feuille de verre portée à température de la pièce, sont réémises selon une loi de corps noir. (Laurent Joret, Vitrages à Isolation Thermique Renforcée, Techniques de l'Ingénieur n° C3 635, p.4)
  7. (Mathématiques) Probabilité sur R associée à une variable aléatoire réelle, aussi appelée loi de probabilité.
    • La loi de Poisson, la loi uniforme, la loi exponentielle, la loi normale, la loi binômiale, etc.
  8. (Physique) Ce qui règle l’ordre du monde physique.
    • Il procédait par l’observation, analysant et classant des faits (instantiæ Naturæ, comme on les désignait assez pédantesquement), et les transformant en lois générales. (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • Les valeurs de K semblent diminuer quand la température s’élève plus vite que ne l’indique la loi inverse de la température absolue; mais il est fort remarquable que cette loi convienne pour représenter approximativement les variations du coefficient d’aimantation […]. (Pierre Curie, Propriétés magnétiques des corps à diverses températures; Annales de Chimie & de Physique, 7e série, t.V, Juillet 1895)
    • Je vais m’étendre dans la prairie, sous un pommier aux pommes vertes et dures. Je peux dormir au-dessous d’elles, je peux les contempler sans crainte, et même sans l’appréhension d’avoir à inventer, l’une tombant, les lois du monde. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • La prière, c’est […] une sorte de tapage doublé de flagornerie. Ainsi en jugent […] les rationalistes qui affirment que rien n’est aussi absurde que de s’adresser à un Dieu immuable pour lui demander de bouleverser les lois de son univers en notre faveur. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.248)
    • Ces lois de la nature, les écologistes des quelques dernières générations ont pensé qu'on pouvait les formuler en distinguant l’autécologie, la synécologie et la dynécologie. (Pierre Dansereau, L'envers et l'endroit: le désir, le besoin et la capacité, 1994, p.19)
  9. (Monnayage) Titre auquel les monnaies doivent être alliées et fabriquées. → voir aloi
  10. (Fantastique) L’une des deux forces du monde, relative à l’ordre par opposition au chaos, dans certaines fictions fantastiques.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

  • loi de Lynch
  • homme de loi
  • La loi constitutionnelle.
  • Homme de loi, celui qui fait profession d’interpréter les lois, jurisconsulte.
Consulter un homme de loi, les gens de loi : Se dit aussi quelquefois, surtout au pluriel, des gens de justice, des officiers ministériels près des tribunaux.
  • Faire loi : Tenir lieu d’une loi, avoir l’autorité, la force d’une loi.
Dans les langues vivantes, l’usage fait loi.
L’exemple de cet écrivain ne fait pas loi.
Nécessité fait loi. (Proverbial)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Hyponymes[modifier | modifier le wikitexte]

  • code
  • décret
  • édit
  • loi agraire : Chez les Romains, réglait le partage ou l’administration des terres conquises.
  • loi civile : Règle les droits et les devoirs, les intérêts et les rapports des citoyens entre eux.
  • loi criminelle : Détermine les délits, les crimes, la manière de les poursuivre, et les peines qui y sont applicables.
  • lois de la guerre : Règles que les nations sont convenues d’observer entre elles pendant la guerre.
  • loi des nations : Traitant du droit des gens. On dit plutôt droit humanitaire.
  • loi d’exception : Loi qui déroge momentanément à la loi constitutionnelle de l’état ou à quelque autre loi générale.
  • loi du talion : Loi primitive qui consistait à traiter un coupable de la même manière qu’il avait traité ou voulu traiter autrui. Conception de justice sommaire qui consiste à rendre œil pour œil, dent pour dent.
  • loi fiscale : Règle la quotité et le mode de perception des contributions publiques.
  • loi impérative : lois auxquelles l'on ne peut déroger.
  • loi interprétative : loi ayant pour fonction de préciser ou de clarifier une disposition antérieure sans créer de règle nouvelle[1].
  • loi martiale : Subordonne les autorités civiles à l’autorité militaire dans des cas exceptionnels.
Proclamer la loi martiale.
  • loi organique : Ayant pour objet de régler le mode et l’action des institutions ou établissements dont le principe a été consacré par une loi précédente.
  • loi pénale : Prononce quelque peine.
  • loi politique : Ayant pour objet la conservation de l’état, abstraction faite des sociétés et des individus qu’il renferme.
  • loi somptuaire : Atteint le luxe par l’impôt.
  • loi supplétive ou dispositive : auxquelles on peut déroger par une convention. elles ne s'imposent qu'à défaut de volonté contraire des intéressés, dans ce cas, le code civil supplée au silence.

Méronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • loi sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. philippe malaurie, patrick morvan, introduction générale, defrénois, coll. « droit civil », paris, août 2005, 2e éd. ISBN 2-85623-083-0, § 266