tubercule

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : tuberculé

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1541) Du latin tuberculum (« protubérance »). (1817) prend le sens de « truffe, racine bombée ».

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
tubercule tubercules
/ty.bɛʁ.kyl/
Tubercules de pomme de terre. (1)
Le tubercule de l’os trapèze. (4)
Tubercule d’un cygne tuberculé. (5)

tubercule /ty.bɛʁ.kyl/ masculin

  1. (Botanique) Excroissance en forme de bosse qui survient à une feuille, à une racine d’une plante.
    1. Partie renflée d’un rhizome ou d’une racine riche en substances de réserve qui assurent la survie des plantes pendant la saison d’hiver et souvent leur multiplication par voie végétative.
      • […]; quant à la faible proportion des Géophytes à tubercules, si abondants dans les pelouses calcaires à Festuca du Vexin français, elle semble due ici à des conditions exclusivement édaphiques :[…]. (Gustave Malcuit, Contributions à l'étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Soc. d'édit. du Nord, 1929, p.105)
    2. Désigne les plantes produisant des tubercules.
      • La pomme de terre, ce tubercule si précieux pour l'alimentation du pauvre, est cultivée dans toutes les parties du département, mais sur une petite échelle ; […]. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.101)
  2. (Médecine) Éminence qui se forme sur la peau.
  3. (Médecine) Altération morbide et ulcéreuse qui apparaît surtout aux poumons.
    • Tubercules pulmonaires et mésentériques.
  4. (Anatomie) Tubérosité, renflement de certains os où s’attachent des muscles ou des ligaments.
  5. (Zoologie) Bosse présente sur le bec de certains oiseaux.
    • L’oie de Guinée ou oie à tubercule est grise avec la poitrine blanche, les ailes et la queue brunâtres, les pieds oranges ; elle porte sur le bec, comme les cygnes, un petit tubercule rouge. (L. J. Troncet, ‎E. Tainturier, La basse-cour, page 103, 1905, Larousse)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]