-im

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mots hébreux : en hébreu ים- ym.
Mots latins : voir la section latine.

Suffixe 1 [modifier le wikicode]

-im \im\

  1. Terminaison des mots français ayant conservé le suffixe du masculin pluriel de l’hébreu

Suffixe 2[modifier le wikicode]

-im \im\

  1. Terminaison de certains adverbes latins empruntés par le français

Gaulois[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Terminaison attestée dans plusieurs inscriptions gauloises[1][2].

Suffixe [modifier le wikicode]

-im

Cas Singulier Pluriel
Nominatif -a -as
-ias
Vocatif -a *-as
Accusatif -an (arch.)
-i
-in
-im
-as
Génitif -as
-ias
-anon
Datif -ai (arch.)
-e
-i
-abo
Sociatif
Instrumental
-ia -abi
Référence
  1. Terminaison qui indique le cas accusatif du singulier d’un nom de la déclinaison de thème en -a.

Variantes[modifier le wikicode]

Dans le cas de la déclinaison des thèmes en -a, la forme -im connait la variante -in, mais également une forme en -i et une forme archaïque en -an.

Références[modifier le wikicode]

  • [1] : Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, préf. de Pierre-Yves Lambert, Errance, Paris, 2003, 2e éd. ISBN 2-87772-237-6 (ISSN 0982-2720), p. 342
  • [2] : Jean-Paul Savignac, Dictionnaire français-gaulois, La Différence, 2004 ISBN 978-2729115296

Voir aussi[modifier le wikicode]

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Partim [1] n’est autre chose que l’accusatif archaïque de pars. Cet emploi de l’accusatif est resté dans le latin classique, surtout lorsque partem, qui a remplacé partim, est précédé d'un adjectif comme magnam, honam, maximam, minimam. Quanta partim est employé seul, il a fini par faire l’impression d’un mot invariable ou adverbial. Sont formés de la même manière confertim, tractim, statim, junctim, qui supposent d'anciens substantifs en -tis. On sait que l’accusatif a pris souvent un sens adverbial : ainsi les adverbes primum, iterum, melius, prius, et les locutions adverbiales id genus, id temporis sont d’anciens accusatifs. Le suffixe -tim qui se trouve dans partim, change son /t/ en /s/ après un certain nombre de lettres : par exemple sparsim. C’est exactement ce qui se passe pour le /t/ des participes en -tus : par exemple sparsus, passus. Aussi peut-on établir dans la pratique cette règle purement extérieure et mécanique, que les adverbes comme sparsim, passim, se comportent comme s’ils se formaient du participe passé en changeant -us en -im. Voici encore quelques exemples : cursim, praesertim, raptim, sensim, confestim. Les verbes en -are, -uere ont fait : separatim, privatim, certatim, minutim, solutim. La langue s’étant habituée aux adverbes en -atim, on a fait par imitation paulatim, membratim, verbatim, etc. Probablement à cause de partim, un grand nombre de ces adverbes ont pris le sens distributif que nous avons, par exemple, dans catervatim, manipulatim, regionatim.

Suffixe [modifier le wikicode]

-im \Prononciation ?\

  1. Suffixe adverbial.
  2. Désinence de l’accusatif de certains substantifs archaïques comme puppis, turris, febris, sitis, tussis, securis, ou vis.

Références[modifier le wikicode]