Annexe:Mots français d’origine indienne

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Il existe de nombreux mots d’emprunt français d’origine indienne. Ils ont été intégrés la plupart du temps lors de la colonisation anglaise et nous sont donc parvenus par cette langue. Parfois, le portugais a pu jouer le rôle de langue-vecteur intermédiaire.

On distinguera ces mots de ceux qui trouvent leur origine dans les langues amérindiennes, mais aussi de ceux qui proviennent d’une origine commune indo-européenne, comme par exemple barde mot gaulois, par le latin, bardus de la même origine que l’hindoustanî bardaî, ou chemise, du bas latin camisia et le kamise, une chemise en coton en hindî.

Quelques exemples (entre parenthèses : date de la première attestation écrite en français) :

  • anaconda : (1845) probablement du singhalais
  • atoll : premières formes atolon (1611), puis (1773) attôle, la forme anglaise s’impose au XIXe siècle, du maldivien
  • avatar : (1800) du sanscrit avatâra
  • bétel : première forme betre (1572) par le portugais, de l’hindî, vettila
  • bungalow : (1829) de l’anglais bungalow par le gujarâtî bangalo, de l’hindoustanî bangla pour villa
  • calicot : (1663) de la ville de Calicut
  • camphre : première forme canfre (1256), de l’arabe kâfûr du sanscrit
  • cari : (1602) du tamoul kari comme la forme anglaise curry
  • catamaran : (1699) par l’anglais, du tamoul katta, lien et maram, bois
  • coolie : première forme culi (1575), d’après le nom de la caste des Kulî, autochtone du port de Thana, origine de la ville de Mumbai
  • châle : (1663) première forme chalou, puis (1665) scial, puis diverses formes dont le réemprunt à l’anglais schawl (1793), fixé depuis 1835, de l’hindî shâl d’origine persane.
  • chintz : (1845) par l’anglais, de l’hindî chînt
  • gourou : de l’hindi, guru, signifiant en hindi un sage, ou un enseignant sage. Aussi adopté en anglais aux USA pour signifier un ’spécialiste’ ou un ’expert’, comme dans le cas de ’Management guru’, ’health guru’, etc.
  • jungle : (1777) par l’anglais, de l’hindî jangal
  • madras : (1797) nom de la ville aujourd’hui appelée Chennai
  • pagode : première forme paxode (1545) par le portugais, pagode, au sens de «idole», du tamoul pagavadam, du sanscrit, bhagavati, déesse. D’autres sources font venir le mot de dâgoba, du sanscrit dhâtugarbha décrivant un stûpa
  • paria : (1575) par le portugais, du tamoul parayan, « joueur de tambour » par confusion avec le tamoul pulliyar, « homme de la dernière caste »
  • patchouli : (1826) du tamoul patch, vert et ilai, feuille
  • punch : cinq (ingrédients), de l'hindi "pantch", cinq.
  • pyjama : première forme pyjaamah (1837) par l’anglais pyjamas de l’hindî pâê-jama, vêtement de jambes. Le mot désigne dans le monde indien un pantalon de coton porté par les hommes.
  • shampooing ou shampoing : (1877) par l’anglais, de l’hindî châmpo, masser
  • sucre : par l’italien zucchero (XIIIe siècle), par l’arabe sukkar, d’origine indienne depuis le sanscrit sarkarâ (a donné aussi le latin saccharum)
  • tank : première forme tanque (1617), puis de nouveau par l’anglais (1857), depuis le gujarâtî ou le marâthî, réservoir. Le mot est utilisé dans l’Inde entière pour désigner des retenues naturelles ou artificielles destinées à conserver l’eau de pluie, pour l’usage personnel ou collectif. Voir aussi bâoli.
  • tapioca : mot identique dans plusieurs langues indiennes
  • vétiver : (1827) du tamoul vettiveru
  • veranda

De nombreux mots savants décrivant des pratiques et des notions religieuses indiennes ou venues d’Inde se retrouvent dans les langues d’Europe comme bouddha, nirvana, karma, yoga, bodhisattva, etc.