berme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Berme

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) De l’allemand Bräme (« lisière d'un champ ») ; berme est repassé en allemand pour donner Berme.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
berme bermes
\bɛʁm\

berme \bɛʁm\ féminin

  1. (Fortification) Chemin étroit entre le pied d’un rempart et un fossé. Ou espace environné de palissades, qu’on laisse au même endroit pour recevoir les terres qui peuvent s’ébouler.
    • Dreux et le duc de Mortemart chassèrent les ennemis ; ils revinrent et s’établirent sur la berme. — (Louis de Rouvroy, 278, 8.)
  2. (Travaux publics) Partie d’accotement qui assure la jonction avec le fossé ou le talus.
    • Les glissières de sécurité sont implantées entre la bande d'arrêt et la berme.
    • Delmas sauta sur la berme en brandissant classiquement un poing vengeur — (Henry Noullet, Le mensonge d’Adeline, 2002, p. 206).
  3. (Par analogie) Chemin laissé entre une levée et le bord d’un canal ou d’un fossé.
    • Comme l’inconnu ne violait aucune convenance de politesse en se promenant sur la berme de la levée le colonel se remit dans le coin de sa calèche …. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • À une pause, ivre de sommeil, je distingue mal la berme pour m’asseoir et je boule jusqu’au bas de la digue. — (Julien Gracq, Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, p. 61)
  4. (Fortification) Retraite laissée entre la magistrale (couronnement de l’escarpe) et le pied du talus extérieur du parapet.
  5. Pierre de couronnement de l’escarpe, faisant saillie et dont la partie supérieure va en pente vers le fossé pour l’écoulement des eaux.

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]