inconnu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1573) Du latin incognitus, d’après connu → voir incognito.

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin inconnu
\ɛ̃.kɔ.ny\
inconnus
\ɛ̃.kɔ.ny\
Féminin inconnue
\ɛ̃.kɔ.ny\
inconnues
\ɛ̃.kɔ.ny\

inconnu \ɛ̃.kɔ.ny\

  1. Qui n’est pas connu.
    • Pays inconnu.
    • Île, terre inconnue.
    • Ce sont des gens inconnus.
    • Cet homme, ce visage ne m’est pas tout à fait inconnu.
    • Il veut rester inconnu.
    • Auteur inconnu.
    • Tout s’est modernisé, et il y a de tout, sauf des gendarmes et des prisons, car le crime est encore inconnu. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • On sait que l’emploi du fer fut inconnu de toute l’Amérique avant l’arrivée de Colomb. […]. Parfois cependant le fer météorique est employé accidentellement. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p.18)
  2. Qu’on n’a pas encore éprouvé, ressenti.

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun 1 [modifier]

Singulier Pluriel
inconnu inconnus
\ɛ̃.kɔ.ny\

inconnu \ɛ̃.kɔ.ny\ masculin (pour une femme, on dit inconnue)

  1. Personne que l’on ne connaît pas.
    • Nous nous levons à demi habillés, des inconnus autour de nous surgissant du foin, à la vitesse et avec les ennuis d’une résurrection, se plaignant du bras, d’une fluxion, de la jambe. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
  2. (En particulier) Personne qui n’est guère connue, dont on n’a pas entendu parler, ou que l’on regarde comme peu digne de l’être.
    • Elle s’est entêtée d’un inconnu.
  3. (Au singulier) Ce que l’on ignore, par opposition à ce que l’on connaît.
    • Une indéfinissable attraction poussait en avant ces hardis pionniers. Le prestige de l’inconnu miroitait à leurs yeux. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Ernest demeura fasciné par le gouffre de l’inconnu. L’inconnu, c’est l’infini obscur, et rien n’est plus attachant. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • J’ai la passion de la philosophie et de la science qui vont cherchant l’inconnu du cœur de l’homme et le pourquoi des lois de la vie. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Aux aventureux, l'Islande offre aussi l’attrait de l’inconnu. Le cœur de l’île, inhabité et inhabitable, est encore une terre incognito. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.3)
    • Les hommes aiment beaucoup trouver, dans la nature, des périodicités du genre de celles dont nous parlons. Elles leur procure une vague impression d’assurance contre l’inconnu; […]. — (Pierre Rousseau, La Terre, ma Patrie, collection "Savoir', librairie Arthème Fayard, 1947, p. 444)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]