mesquin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’arabe مسكين, miskin dont le sens dénotatif est (« pauvre »)[1], (« indigent »)[2], tiré du verbe trilitère سكن, sêkêna qui signifie littéralement (« ne plus bouger ») et (« se taire »)[3]. Le même étymon a donné مسكن, mesken (« habitat, maison »), سكان, soukken (« habitants »), سُكْنى, soukna («femme, épouse  »), مُسَكِّن, moucekkin (« calmant »), سَكينة, sakîna [i long] (« paix intérieure »), سَكنة, sakina [i court] (« point de jonction entre la tête et le cou »), سكين, sekkin (« couteau »), meskêna (« abaissement, humilité »)[4]. Selon Lisân al-'Arab citant Abu Ishaq : « al-miskin est celui que paralyse la nécessité »[5]. Évoquant la parenté sémantique entre le مسكين, miskin et le فقير, faqir, terme qui a donné le français fakir, le philologue arabe Ibn Al-Anbâri (1119-1181) précise que « le miskin est moins nécessiteux que le pauvre »[6].
Se fondant sur la traduction par Jean-Vincent Scheil, en 1904, du Code de Hammurabi où l’on rencontre moushkinou[7] qui signifie (« plébéien, condition intermédiaire entre l’amelu et l’esclave »)[8], les assyriologues[9] en ont conclu que mesquin est dérivé de ce terme akkadien. Néanmoins il faut remarquer que cet hapax tiré d’une langue, certes sémitique et des plus proche de l’arabe, mais éteinte depuis des millénaires, ne peut constituer une "référence de poids" pour disputer à l’arabe une racine aux dérivés aussi nombreux que ceux dont on a cité quelques uns.
On peut être tenté d’établir un rapprochement entre mesquin et mosquée pour suggérer un sens implicite de soumission dans mesquin. Néanmoins, la paronymie apparente des deux mots en français (ou dans d’autres langues romanes) n’existe pas en arabe, mosquée étant, en fait, le résultat d’une translittération corrompue[10] de مسجد, mesgid, mot dont la racine سجد, sêjada (« se prosterner ») n’a rien à voir avec سكن, sêkana.
Traduit en urartéen par mesken (« soumis ») (également présent en araméen [2]), le mot a été transmis au latin mischinus[11], par l’italien meschino ou bien l’espagnol mezquino[12] vers les autres langues romaines.
Voir également le portugais mesquinho, l’ancien occitan mesquin [1], ainsi que l’ancien français meschin [1].

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin mesquin
\mɛs.kɛ̃\
mesquins
\mɛs.kɛ̃\
Féminin mesquine
\mɛs.kin\
mesquines
\mɛs.kin\

mesquin \mɛs.kɛ̃\ masculin

  1. Sans importance ni valeur, exigu et pauvre.
    • Les beautés de la nature semblent bien mesquines, comparées à leur représentation au théâtre. (Honoré de Balzac; Les Paysans -1823)
    • Mais la raison est toujours mesquine auprès du sentiment ; l’une est naturellement bornée, comme tout ce qui est positif, et l’autre est infini. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Quant aux brides, aux mors, aux têtières, aux frontails, nos langues du Nord sont trop froides, trop pauvres, trop mesquines, pour en décrire les somptuosités; […]. (Théophile Gautier, L’Inde, dans Caprices et zigzags, 1852)
    • Quels que soient les procédés employés, fusées paragrêles, niagaras, herses électriques, la grêle n'y regarde pas, elle tombe là où elle doit tomber, et nos moyens sont trop mesquins pour être efficaces. (Abbé Th. Moreux, Peut-on se protéger contre la grêle, L'Ouest-Éclair(Rennes), n°7547 du 3 juillet 1922)
  2. Qui a un esprit étroit, en parlant d’une personne qui ne montre pas d’ouverture d’esprit.
    • Et puis, on leur avait créé d’autres ennuis, suscité d’autres chicanes mesquines. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • C’est un procédé mesquin. - Un esprit mesquin, borné.
  3. Qui témoigne d’avarice, de parcimonie excessive.
    • Le « gros » l’entretenait parcimonieusement de repas et de cadeaux mesquins et lui payait sa chambre, au coin de la rue Grange-Batelière. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 88)
  4. (Peinture) Qui est maigre, pauvre, de mauvais goût.
    • Ce contour est mesquin. - Cette figure est d’un dessin sec et mesquin. - La composition de ce tableau est mesquine.

Apparentés étymologiques[modifier]

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]

Occitan[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

De l’arabe مسكين miskīn (« pauvre »), via l’italien meschino ou l’espagnol mezquino

Adjectif[modifier]

mesquin [mesˈki] masculin (féminin : mesquina) (graphie normalisée)

  1. Mesquin.

Synonymes[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]