perpétuel

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Selon Littré : de l’occitan perpetual ; de l’italien perpetuale ; du latin perpetualis.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin perpétuel
\pɛʁ.pe.tɥɛl\
perpétuels
\pɛʁ.pe.tɥɛl\
Féminin perpétuelle
\pɛʁ.pe.tɥɛl\
perpétuelles
\pɛʁ.pe.tɥɛl\

perpétuel \pɛʁ.pe.tɥɛl\

  1. Qui ne cesse pas ; qui dure toujours.
    • En supposant le taux de l’intérêt stationnaire et égal, par exemple, à 5 pour 100, un capital de 100 fr. vaut une rente perpétuelle de 5 fr., […]. — (Joseph Bertrand, Traité d'arithmétique, page 218, L. Hachette et Cie, 1863)
    • Ils convainquirent mes grands-parents d’agrandir leur maison de deux étages. Ils auraient à engager environ trois mille francs. Mon père fit remarquer que cette somme en rente perpétuelle à 3 p. 100 leur rapporterait à peine cent francs, alors que la location des deux étages leur assurerait un revenu d’au moins cinq cents francs. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 79.)
    • Les comptes nationaux sont une construction sociale, en perpétuelle évolution, reflétant toujours les préoccupations d'une époque. Les chiffres qui en sont issus ne doivent pas être fétichisés. — (Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, éd. du Seuil, 2013, p. 103)
    • Cette plante est extraordinairement vivace, elle ne se resème pas chaque année comme le chanvre et le lin: elle est perpétuelle, et devient de plus en plus vigoureuse et féconde. — (La ramie, nouveau textile soyeux: communication présentée à la Société des sciences industrielles de Lyon, dans la séance du 14 février 1877, par M. Léger, Lyon : Imprimerie Storck, 1877, p. 6)
  2. (En particulier) Qualifie les neiges qui ne fondent jamais.
  3. (Horticulture) Qualifie des plantes dites aussi remontantes, qui fleurissent, fructifient pendant toute la bonne saison.
  4. Qui dure toute la vie d’un homme.
    • Il suffit de rappeler qu'en 1629, un arrêt, provoqué par le procureur-général, interdit aux moines d'infliger aux leurs la prison perpétuelle, l’In pace, etc. Ces cruautés continuèrent, […]. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, Préface de la 3e édition, p.XXIII)
  5. Qualifie certaines charges, certaines dignités dont on est pourvu pour toute la vie, à la différence de celles qu’on ne possède que pour un temps limité.
    • Après des discussions très prolongées […] l’Académie, très partagée, pour se tirer d’affaire, s’en remit purement et simplement à son secrétaire perpétuel, M. Joseph Thoulier, abbé d’Olivet. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
  6. Qui est continuel.
    • […] le progrès est un perpétuel devenir, nulle méthode ne saurait être considérée comme immuable, tout est en mouvement, tout est continuellement améliorable, tout ce qui existe aujourd’hui sera demain mieux encore… — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Son emploi lui donne un travail perpétuel, une occupation perpétuelle.
    • C’est un tourment perpétuel que de vivre avec de telles responsabilités.
  7. (Par hyperbole) Qui est fréquent, habituel.

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]