tenace

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVIe siècle) Du latin tenax, dérivé de tenere (« tenir »).

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
tenace tenaces
\tə.nas\

tenace \tə.nas\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est adhérent ; qui tient fortement à quelque chose.
    • Le suc d’oignons de lis étoit tenace, gluant; il fallut pour en avoir un peu, le ramasser avec un couteau : il étoit couleur de café au lait; […]. — (Jean-Étienne Guettard, Mémoires sur différentes parties des sciences et arts, Paris : Laurent Prault, 1770, tome 2, page L)
    • L’intrépide lion dans un piège surpris
      S’irrite du danger, et de sa dent tenace
      Ronge, en grondant, la toile où lui-même s’enlace
      — (Nicolas Gilbert, Le Poète malheureux, 1772)
  2. (Botanique) Qualifie les plantes et des parties de plantes qui s’attachent, s’accrochent à ce qui les touche, telles que les tiges et les semences du grateron.
    • Une tige, une feuille tenace.
  3. Dont les parties tiennent fortement ensemble, qui peut soutenir une traction, une pression considérable sans s’allonger, sans se rompre.
    • Un métal tenace, métal qui supporte une pression, un tiraillement considérable, sans se rompre.
    • Quoique l’or soit le plus compacte et le plus tenace des métaux, il n’est néanmoins que peu élastique et peu sonore. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Minéralogie, tome IV, page 256)
    • Du chanvre très tenace.
    • L’eau chaude et surtout bouillante peut prendre plus de sucre en dissolution que l’eau froide, et former un liquide plus épais, plus tenace que le sirop. — (Antoine François Fourcroy, Système des connaissances chimiques et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l’art, Baudouin, 1801, tome VII, page 165)
    • Roche tenace, roche qu'on a de la peine à détacher, à casser.
  4. (Figuré) Dont on ne peut pas se débarrasser ; qui persiste.
  5. (En particulier) Qualifie une personne dont on ne peut se défaire, qu’on ne peut écarter.
    • Ce diable-là est furieusement tenace ; c’est celui qui possède ordinairement les femmes, quand elles ont le diable au corps. — (Jean-François Regnard, Le Retour imprévu, 1700, scène 13)
    • Non, je ne vis jamais d’animal si tenace [un créancier]. — (Jean-François Regnard, Le Joueur, 1696, acte III, scène 7)
    • Ce fade médecin est un amant tenace,
      Et qui ne s’aperçoit jamais qu’il embarrasse.
      — (Legrand, Aveugle clair-voy., scène 1)
    • Reste encore un neveu, mais un neveu tenace. — (Jean-François Collin d’Harleville, Le Vieux célibataire, acte I, scène 6)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 9)
  6. (Figuré) Qui est attaché fortement à ses idées, à ses projets, à ses prétentions.
    • Existe-t-il un type de preuves incontournables qu’il suffirait d’évoquer pour persuader de la justesse de sa position ses opposants les plus tenaces ? — (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
    • C’est un homme fort tenace et qui ne renonce pas aisément à ce qu’il désire, à ce qu’il veut.
    • Un caractère, une volonté tenace.
    • Préjugé tenace.
    • On tient beaucoup aux choses dont on est continuellement occupé, témoin l’obstination tenace des mahométans et des juifs, et la facilité qu’ont de changer de religion les peuples barbares et sauvages. — (Montesquieu, De l’esprit des lois, XXV, 2)
  7. (Figuré) Qui ne donne qu’avec peine ; avare.
    • Il est d’une humeur fort tenace, on ne saurait en rien tirer.
    • Sa fille est riche ; mais l’oncle, qui est tuteur, est tenace. — (Florent Carton Dancourt, Vert-galant, scène 3)

Dérivés[modifier]

    • avoir la mémoire tenace (ne pas oublier ce qu’on a appris)
    • demeurer tenace (à l’hombre, avoir deux cartes, l’une inférieure et l’autre supérieure à la plus haute carte de l’adversaire, et cependant faire les deux levées, parce que l’adversaire doit jouer le premier)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « tenace [tə.nas] »

Références[modifier]