chrétien

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Chrétien

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin christianus lui même venant du grec χριστιανός, christianos (petit Christ), de Χριστός ou χριστός, christos. C’est à Antioche, vers l’an 43 (cf. Actes des apôtres, chap. 11 v.26) que les disciples de Jésus-Christ furent appelés « chrétiens » pour la première fois. En vieux français, le S de Christ est conservé, dans l'orthographe chrestien, mais l'usage et la déformation phonique pousseront à abandonner le S pour le remplacer par un accent aigu sur le E, d'où l'orthographe actuelle chrétien.

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin chrétien
/kʁe.tjɛ̃/
chrétiens
/kʁe.tjɛ̃/
Féminin chrétienne
/kʁe.tjɛn/
chrétiennes
/kʁe.tjɛn/

chrétien

  1. (Religion) Qui professe la religion issue des enseignements de Jésus-Christ.
    • Le rapport qui existe entre la doctrine chrétienne et la rectitude des mœurs, Taine le lui avait montré : chaque fois que l’homme se fait païen, il se retrouve voluptueux et dur. (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L’Église de Jésus, 1926, p.189)
    • Sur le front, juste au milieu, la croix berbère était tracée en bleu, symbole inconnu, inexplicable chez ces peuplades autochtones qui ne furent jamais chrétiennes et que l’islam vint prendre toutes sauvages et fétichistes, pour sa grande floraison de foi et d’espérance. (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Mais la grosse voix du curé, la voix claire des gamins arrivaient encore à son oreille et continuaient derrière elle :
      - Êtes vous chrétien ?
      - Oui, je suis chrétien.
      - Qu’est-ce qu’un chrétien ?
      - C’est quelqu’un qui, étant baptisé…, baptisé…, baptisé.
      (Gustave Flaubert, Madame Bovary)
  2. Qui appartient ou qui est propre au christianisme.
    • Toutes les religions prêtent la main au despotisme ; je n’en connais aucune toutefois qui le favorise autant que la chrétienne. (Jean-Paul Marat; Les Chaînes de l’esclavage)
    • Les vieux symboles chrétiens, tant expliqués, tant traduits, présentent à l’esprit, dès qu'on les voit, une signification trop claire. Ce sont des symboles austères de mort, de mortification. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.181)
  3. (Par extension) Qui adopte un comportement généreux, supposé conforme aux préceptes de la religion de Jésus-Christ.
    • Tu lui as refusé ce service, ce n’est pas très chrétien de ta part.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin chrétien
/kʁe.tjɛ̃/
chrétiens
/kʁe.tjɛ̃/
Féminin chrétienne
/kʁe.tjɛn/
chrétiennes
/kʁe.tjɛn/

chrétien

  1. Adepte de la religion de Jésus de Nazareth, dit Jésus-Christ.
    • Campé dès le commencement de la messe sous le porche, il examina l’église en regardant tous les chrétiens, mais plus particulièrement les chrétiennes qui trempaient leurs doigts dans l’eau sainte. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Les premiers chrétiens attendaient le retour du Christ et la ruine totale du monde païen, avec l'instauration du royaume des saints, pour la fin de la première géné­ration. La catastrophe ne se produisit pas, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.165)
    • Tout autre est la conduite du véritable chrétien. Il doit d’abord s’en tenir à la foi, et seulement ensuite chercher à la justifier en raison. (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Il est donc interdit aux chrétiens de fonder de nouvelles églises ; la loi le défend, et le fanatisme religieux de la nation dominante ne permet pas au gouvernement d’user d’indulgence à cet égard. (Anonyme, Pays musulmans - Les Rayas, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Les Groenlandais danois sont devenus de bons chrétiens ; ils persistent toutefois, à témoigner leur confiance à l’« Angakok ». Ce personnage important peut être comparé au rebouteux ou sorcier de nos campagnes. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. (Familier) Homme, personne.
    • C’est un dur chrétien : C’est un homme difficile.
    • Une dure chrétienne : Une méchante femme.
Note[modifier | modifier le wikicode]
En français moderne, on ne capitalise que les gentilés (un Parisien, un Français, un Européen), les ethnonymes (un Iroquois, un Peul, un Ouïghour) et les noms de races (les Blancs, les Noirs). On ne capitalise pas les dénominations religieuses (un chrétien, un musulman, un cistercien, un taoïste), politiques (un pétainiste, un royaliste, un séparatiste), idéologiques (un darwiniste, un lamarckien, un cubiste), etc. (Trésor de la langue française au Québec, Règles typographiques : Les Majuscules et minuscules)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]