adopter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Ce mot provient du latin adoptare, composé de ad (« à ») et optare (« choisir », « souhaiter »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

adopter /a.dɔp.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Choisir quelqu’un pour fils ou pour fille et lui en donner les droits civils en remplissant certaines conditions prescrites par la loi.
    • Auguste adopta Tibère.
    • Chez les romains, ceux qu’on avait adoptés passaient dans la famille et sous la puissance de celui qui les avait adoptés.
  2. (Par extension) Prendre soin d’un enfant – sans formes légales – comme si c’était son fils ou sa fille.
    • Il m’adopta et me servit de père.
  3. (Figuré) Admettre, accepter, recevoir comme sien un sentiment, un avis, un projet.
    • J’adopte vos sentiments.
    • Je n’adopterai jamais une pareille opinion.
    • J’adopte cet avis, ce projet.
    • Il adopta un parti.
  4. (Spécialement) (Politique) Voter un texte.
    • Le télégraphe venait d'apporter la nouvelle que l'Assemblée nationale avait adopté les préliminaires de la paix : […]. (Charles Le Goffic, Le biniou du mobilisé (1871), dans Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.233)
    • En dépit des criailleries de Reubell, l'Assemblée passa au vote et adopta la motion de Dupont à la presqu’unanimité. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  5. Choisir de préférence un genre de travail, une manière de faire quelque chose.
    • La nef romane présente une disposition qui a été adoptée assez fréquemment dans les églises provençales et du bas Languedoc. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Le procédé du décilage a été imaginé par Ed. Claparède et adopté universellement. (Henri Piéron, Traité de psychologie appliquée vol. 3, bas de page 616, Presses universitaires de France, 1955)
    • Marchand avait coutume de ne jamais donner d’instructions détaillées à ses collaborateurs, se bornant à leur préciser l’orientation qu'il souhaitait les voir adopter. (Sandford F. Borins, Le français dans les airs: le conflit du bilinguisme dans le contrôler de la circulation aérienne au Canada, p.47, Institut d'administration publique du Canada, 1983)

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]