arbitraire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin arbitrarius.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
arbitraire arbitraires
\aʁ.bi.tʁɛʁ\

arbitraire \aʁ.bi.tʁɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est produit par la seule volonté de l’homme, sans avoir de règle ni de fondement naturel.
    • Or, ce qui manque à l’éclectisme, c'est justement une base scientifique et positive; et ses prétendus dogmes ne sont pas moins arbitraires et cérébrins que les dogmes des églises. (J.-B.-François Bourbon del Monte, L'homme et les animaux: Essai de psychologie positive, G. Baillière, 1877, p.X)
    • Il se souvint tout à coup d’une vieille chronique où il avait, pour flétrir, stigmatiser, juvénaliser les comportements bourgeois, […] projeté le feu rouge des catachrèses les plus imprévues, des synecdoches les plus arbitraires, des antonomases les plus follement tirées par les cheveux, […].  (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pp. 81-82)
    • La distinction que l’on fait entre un astéroïde et une planète est purement arbitraire puisque fondée uniquement sur la dimension. (Barry Williams (traduit par Claude Lafleur), L’astrologie confrontée aux progrès de l’astronomie, dans Le Québec sceptique, no24, décembre 1992, p. 41)
  2. Qui dépend du choix de chaque personne ou de chaque administration, sans en référer à quiconque.
    • L’Assemblée n’a point décidé là-dessus, cela est arbitraire. - La décision est arbitraire.
  3. Qui est laissé à la décision du juge.
    • Amende arbitraire.
  4. Qui n’a d’autre règle que la volonté, le caprice d’un maître.
    • Dans bien des cas, la coutume régionale et la pratique traditionnelle préislamique, combiné à la volonté arbitraire du potentat régnant, sont devenues la base légale du gouvernement. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 64)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
arbitraire arbitraires
\aʁ.bi.tʁɛʁ\

arbitraire \aʁ.bi.tʁɛʁ\ masculin

  1. (Droit) Principe de ce qui est dénué de légalité ou de légitimité.
    • De l’Inquisition à la justice politique de la royauté et de celle-ci aux tribunaux révolutionnaires, il y avait eu constamment progrès dans le sens de l’arbitraire des règles, de l’extension de la force et de l’amplification de l’autorité. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p. 139)
    • Sous l'Ancien Régime, l'équité souffrit des accusations jetées sur les Parlements dont la jurisprudence, immotivée et secrète, servit souvent les ambitions politiques des gens de robe. Cet arbitraire judiciaire était dissimulé derrière une équité de façade, l'« équité cérébrine », qui inspira une vive méfiance au roi et au peuple, comme en témoigne le brocard. (Philippe Malaurie & Patrick Morvan, Introduction au droit, éditions LGDJ, 6e éd., 2016, §.43)
  2. (Politique) Acte de gouvernement où la volonté des personnes remplace celle de la loi.
    • […]; la mendicité est soumise, en Belgique, à un arbitraire adminis­tratif que l’on peut comparer à celui de la police des mœurs; on sait que cette police, malgré d’innombrables réclamations, continue à être presque souveraine en France. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p. 347)
    • Je franchis une première étape dans cette voie, […], en prenant par décrets un ensemble de mesures (conseils de discipline, codes de l’avancement, etc.) conçu de façon à garantir les fonctionnaires contre l’arbitraire sous quelque forme qu’il pût se manifester. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]