bouillir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin bullire (« bouillonner, bouillir ») qui, en Italie et en Gaule, a supplanté fervēre, « bouillir », conservé en Ibérie et Roumanie : espagnol hervir, portugais ferver, roumain a fierbe.

Verbe [modifier]

bouillir \bu.jiʁ\ intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Être dans l’état d’ébullition. — Note : Se dit proprement des liquides, lorsque la chaleur ou la fermentation y produit un mouvement et qu’il se forme des bulles à la surface.
    • Il est de fait que le mercure sur lequel on fait bouillir de l'eau, communique à ce liquide la vertu la plus vermifuge ; […]. — (Jean Antoine Chaptal, Élémens de chimie, vol.2, p.373, Deterville à Paris, 2e éd., an III)
    • Cette opération, qui se fait dans un appareil analogue à l’appareil distillatoire, est fondée sur la différence de volatilité de l’alcool et des huiles odorantes qui ne bouillent, en général, qu’à des températures bien supérieures à 100°. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, p. 147)
    • […] on sait, en effet, que l’eau saturée de sel bout seulement vers 108 degrés. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la savonnerie, 1924, p. 53)
  2. (Cuisine) Faire cuire dans l’eau ou dans un autre liquide porté à ébullition.
    • Une porte latérale s'ouvrit, et nous entrâmes dans une pièce voûtée où, sur un long potager, bouillaient dix ragoûts. — (Amans-Alexis Monteil, Histoire des Français des divers états aux cinq derniers siècles, page 11, 1841)
    • Des racines coupées et des feuilles de betteraves, bouillant dans une marmite sur le feu, mêlaient leur parfum âcre à l’odeur de renfermé qui semblait stagner dans les encoignures. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • (Par analogie)Comme le supplicieur d'Orléans qui faisait bouillir les faux-monnayeurs et repoussait de la pique ceux qui venaient surnager, Ambroise Paré faisait échauder vivants deux petits chiens dans l'huile de lys, […]. — (L'Union médicale du Canada, 1910, vol.39, p.529)
  3. Porter à ébullition le récipient où l’on fait cuire quelque chose.
    • Faire bouillir le pot. Le pot bout.
  4. (Œnologie) Fermenter, en parlant du raisin dans la cuve après la vendange. → voir bouillage et bouillaison
    • Il faut arroser la vendange dès que l'on entend le raisin bouillir.
  5. (Figuré) Etre excité, ne plus pouvoir se contenir.
    • Il bouillait sur son siège et, bien que peu habitué à prendre la parole en public, il se lança :
      — Avec les
      Passeurs de Loire, une association de Tigy, nous avons fait, mon épouse, mon petit-fils Pierre et moi, une promenade en bateau sur le fleuve. — (Boris Delafontaine, La Loire interdite, Éditions Publibook, 2016, p. 208)
    • Bouillir de colère, d’impatience, d'indignation.

bouillir transitif

  1. Porter à ébullition.
    • Bouillir le lait pour le conserver.

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « bouillir [bu.jiʁ] »

Références[modifier]