horreur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin horror (« hérissement, frissonnement, frisson »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
horreur horreurs
/ɔ.ʁœʁ/

horreur /ɔ.ʁœʁ/ féminin

  1. Mouvement de l’âme généralement accompagné d’un frémissement physique, d’un frisson du corps et causé par quelque chose d’affreux, de révoltant ou de terrible.
    • […], tout ce désordre fantastique et grimaçant au milieu des ténèbres et de l’humidité froide qui tombe comme un suaire, laisse dans le cœur et dans les nerfs un long sentiment d’horreur. (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol.2, 1866)
    • Privé de tout accommodement, […], le vice a peu de chance de séduire la vertu la plus chancelante. Elle s’en détourne avec horreur et trouve soudain dans cet instinctif revirement son équilibre et son salut (Francis Carco, Images cachées, 1929, préface 3e édition, 1929)
    • Brrr ! fit Bert, en se cramponnant à la balustrade, et quelques soldats auprès de lui firent entendre un murmure d’horreur. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 204, Mercure de France, 1921)
    • J’ai horreur de le dire.
    • Cela fait horreur à penser.
    • On n’y saurait penser sans horreur, qu’avec horreur.
    • L’horreur d’un supplice signifie aussi la Cruauté d’un supplice.
    • L’horreur d’un tel supplice, l’horreur de ces tourments n’émut point son courage.
  2. (Familier) Par exagération, chose extrêmement laide dans son genre, ou faite sans goût, sans habileté.
    • Cela fait horreur, est à faire horreur,
    1. (Familier) Personne extrêmement laide
      C’est une horreur,.
      Vous disiez que c’était une jolie femme, c’est une horreur.
    2. Il se dit également d’une chose extrêmement laide ou défectueuse dans son genre.
      Vous vantiez ce logement comme agréable et commode, mais c’est une horreur!
  3. (Familier) Exclamation utilisée lorsqu’on veut marquer la répugnance qu’on a pour quelqu’un ou pour quelque chose.
    • Fi! L’horreur!
    1. On l’emploie quelquefois en plaisantant :
      Petite horreur!
  4. Il se dit des choses qui font éprouver un sentiment d’effroi mêlé d’admiration, comme une grande tempête, un vaste incendie, etc.
    • C’est une belle horreur.
  5. Il signifie aussi répulsion violente que vous cause une personne ou une chose effrayante ou haïssable.
    • Avoir horreur du vice, du péché.
    • Avoir, concevoir de l’horreur pour quelqu’un, pour quelque chose.
    • Avoir, prendre une chose en horreur.
    • Inspirer l’horreur du vice.
    • On ne saurait inspirer trop d’horreur pour le mensonge.
    • C’est un objet d’horreur.
    • Avoir l’horreur de la solitude.
    • L’existence lui est en horreur.
    • Il est l’horreur de ses semblables.
    • C’est l’horreur du genre humain.
  6. Sentiment de saisissement , de crainte mystérieuse et de mystère.
    • Elle ne voulait pas être seule. Elle sentait déjà l’horreur de sa solitude, l’insomnie prolongée, le tête-à-tête décevant avec Dieu. (Albert Camus, L'Envers et l'Endroit, Gallimard, 1958, p.41)
    • La forêt, la lande, la solitude, les ténèbres inspirent une certaine horreur.
  7. Ce qu’ont d’horrible, d’effrayant ou de sinistre certains lieux ou certains objets.
    • L’horreur d’un cachot.
    • L’horreur des combats.
    • Partout régnaient le carnage et l’horreur.
    • Un silence plein d’horreur.
    • Il comprit alors toute l’horreur de sa situation.
    • Quand vous connaîtrez toute l’horreur de ma misère.
    • Pour comble d’horreur.
    1. (Figuré) Nom d’un genre théâtral et cinématographique où règnent le sinistre, l’effrayant et le macabre.
      Quel spectacle d’horreur!
      L’exorciste est le meilleur film d’horreur.
  8. Énormité d’une mauvaise action, d’une action cruelle, infâme, etc.
    • L’horreur du crime, du vice, du péché, est telle que… Pour vous faire comprendre l’horreur de cette action, il suffit de dire que…
  9. Il se dit également des choses mêmes qui sont atroces, infâmes, etc.
    • Ce qu’il a fait est une horreur.
    • La vie de ce tyran n’est qu’un tissu d’horreurs.
    • Le récit de tant d’horreurs épouvante.
    • Il a fait, il a dit, il a vomi des horreurs, mille horreurs.
    • On prétend qu’il se commet des horreurs dans ce pays-là.
    • De telles horreurs se conçoivent à peine.
  10. (Au pluriel) Choses horribles ou désastreuses, maux extrêmes, privations cruelles.
    • Les horreurs de la guerre.
    • Les horreurs du carnage.
    • Les horreurs de la captivité.
    • Cette ville éprouva toutes les horreurs de la famine.
    • Être en proie aux horreurs de la misère.
    • Les horreurs de la mort, — Les angoisses que l’on éprouve ordinairement au moment de mourir.
    • Au milieu des horreurs de la mort, il souriait encore à ses amis.
  11. Il se dit, particulièrement, des choses déshonorantes qu’on attribue à quelqu’un; et alors il s’emploie toujours au pluriel.
    • On m’a dit des horreurs de cet homme-là.
    • Ces deux hommes publient des horreurs l’un contre l’autre.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • être en horreur à quelqu’un, être l’horreur de quelqu’un: Lui inspirer une répulsion mêlée de haine.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]