prout

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Prout

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1782)[1] D’une onomatopée[2][3]. La forme actuelle n’est pas la première recensée[5]. En effet, Alain Rey[3][5] mentionne l’apparition de l’onomatopée dès le XIIe siècle[2][3][5]. À cette époque, l’ancien français[5] présente une interjection avec des graphies aberrantes exprimant le doute et le mépris[5] : tprot, tproupt, tprout[5], etc. Et dès le XIIe siècle[5], on note aussi l’apparition de l’expression dire tprot[5]. Si Godefroy note l’orthographe prout en ancien français uniquement pour l’expression de mépris[4], il fallut attendre (1665)[1] pour voir apparaître le sens de pet, sous la graphie prou tou[1]. On note aussi la simplification prou[1] en (1732)[1] avant de voir réapparaître la graphie actuelle en (1782)[1]. Il entre dans l’argot au XIXe[1] siècle en signifiant la sodomie[1]. Ce sens restera dans les expressions prout-prout[1] et prout, ma chère[1].

Onomatopée[modifier]

Invariable
prout
\pʁut\
Yoshitoshi effrayant des kappas en faisant prout.

prout \pʁut\

  1. (Langage enfantin) Son du pet.
    • Prout, ça pue !
  2. (Argot) Zut. Mot servant à mettre un terme à la conversation.
  3. (Argot) (Désuet) Fi. Mot indiquant le dédain.
    • Et, comme pour justifier cette menace, de madame de Motteville, une douleur aiguë mordit la reine au cœur, la fit pâlir et la renversa sur un fauteuil avec tous les symptômes d’une pamoison soudaine.
      — Mes gouttes ! murmura-t-elle.
      Prout ! prout ! répliqua la Molina, qui, sans hâter sa marche, alla tirer d’une armoire d’écaille dorée un grand flacon de cristal de roche et l’apporta ouvert à la reine.
      (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, Michel Lévy frères, 1876)

Variantes[modifier]

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
prout prouts
\pʁut\
Le prout peut être diabolique.

prout \pʁut\ masculin

  1. (Familier) ou (Langage enfantin) Pet.
    • À dada sur mon bidet
      quand il trotte, il fait des pets
      quand il passe il les ramasse
      prout, prout, prout cadet.
      (Comptines)
    1. (Figuré) Chose insignifiante.
      • L’ambassadeur de l’empire a gagné la cause du gibet auprès de lord Palmerston ; mais le représentant de la république a gagné devant l’Europe la cause de l’avenir. Quand pour un prout on le tue, la corde autoure de sa langue car il parla trop. N’est-ce pas là la preuve d’une débilité de sa part ? (Victor Hugo, Notes dans Pendant l’exil dans Actes et paroles, 1875)
  2. (Langage enfantin) Son du pet.
    • En effet, lorsque la sœur levait le martinet, Charlotte tendait le cul et lâchait un pet. On n’entendait que le cri de la sœur : « Voulez-vous avancer, insubordonnée », le flic, flac sur les grosses chairs des fesses et les prout, prout, courts, longs ou tonitruants qui partaient du postérieur molesté. (Hugues Rebell [sous le pseudonyme de Madame de Morency], Journal d’une enfant vicieuse, l’enfance de Rose Livre I, 1903)
    1. (Par extension) Son similaire à celui du pet.
      • Après un charmant « prout », on recueillait une crotte de brillantine dans la paume de sa main et se l’appliquait soigneusement sur les cheveux. (Marcel Gotlib, J’existe, je me suis rencontré, 1994, page 244)
    2. (Par extension) (Canada) Bruit insolite.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Nom commun[modifier]

prout \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de preu.

Références[modifier]