ferrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Ferrer

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1140) Du latin *ferrare attesté sous la forme ferratus (« ferré »).
(xiie siècle) chemin ferré (Chrétien de Troyes) chemin empierré dont l’assise est ferme et où l’on n’enfonce pas.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

ferrer /fɛ.re/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Garnir de fer.
    • Ferrer une porte, une fenêtre . Ferrer un coffre, une malle. Ferrer des roues.
    • Un bâton ferré. Des souliers ferrés.
  2. (En particulier) (Maréchalerie) Garnir de fers les sabots d’un cheval, d’un mulet, etc., à l’aide de clous.
    • Germain partit sur la Grise, qui, bien pansée, ferrée à neuf et ornée de rubans, piaffait et jetait le feu par les naseaux. (George Sand, La Mare au Diable, 1846)
    • Et aussitôt c'est dans la classe un désarroi effroyable. Les trois premiers, près de la sortie, ordinairement chargés de pourchasser à coups de pierres les chèvres ou les porcs qui viennent brouter dans la cour les corbeilles d'argent, se sont précipités à la porte. Au violent piétinement de leurs sabots ferrés sur les dalles de l'école a succédé, dehors, le bruit étouffé de leurs pas précipités qui mâchent le sable de la cour et dérapent au virage de la petite grille ouverte sur la route. (Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913)
    • Il est à remarquer qu’invariablement, tous les chevaux destinés aux allures rapides sont ferrés à pince tronquée, en prévision du cas où, à cause de leur faiblesse ou vices de construction, ils battraient le Briquet. (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Dès sa première communion, gagé par l'un ou par l'autre, […], il était sans l'avoir appris devenu habille à menuiser, à charronner, à réparer un coutre, à ferrer un cheval. (Jean Rogissart, Hurtebise aux Griottes, 1954, p.10)
  3. Garnir les extrémités d’un cordon, d’un lacet, de fer-blanc, de cuivre ou d’autre métal.
  4. Garnir d’or, d’argent, etc., ce qui est ordinairement garni de fer.
    • Cette châsse est ferrée d’or.
    • Eau ferrée. → voir eau.
  5. (Figuré) (Forme passive) Connaître à fond telle ou telle question.
    • Cet érudit provincial est ferré sur la question d'Alésia, il a réponse à tout.
    • Je suis très peu ferré sur la géographie de l’Algérie. (Guillaume Apollinaire , Lettre à Madeleine Pagès du 1er septembre 1915.)
  6. (Pêche) (Engager) par un coup sec du poignet la pointe de l’hameçon dans la bouche du poisson qui a mordu.
    • Ferrer un brochet.
  7. (Figuré) Séduire une dupe pour la gruger, lui soutirer de l'argent.
    • Ferrer un millionnaire à Miami.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien occitan[modifier | modifier le wikitexte]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

ferrer masculin

  1. Ferronnier.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838-1844