jaillir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du gaulois *galjô « bouillir, jaillir, sourdre » (cf. irlandais gailim « bouillir »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

jaillir /ʒa.jiʁ/ intransitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Sortir impétueusement, en parlant surtout de l’eau ou de tout autre fluide.
    • […], et une fontaine qui ne jaillissait, de mémoire d’homme, qu’à la fonte des neiges, avait coulé sans interruption depuis. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • L’eau qui jaillit de sa source.
    • Ce cheval a fait jaillir de la boue en galopant.
  2. (Figuré) Apparaitre soudainement, fuser.
    • Ensuite, il contracte les muscles protracteurs de son système génioglosse; la langue jaillit alors de la bouche, les muscles rétracteurs se laissant étirer jusqu'à l'extrême distension des fibres. (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • Aussitôt, comme par enchantement, tout l'établissement s’illumine. L’électricité jaillit de tous côtés. (Jacques Mortane, La guerre des airs : Traqués par l'ennemi, p.69, Baudinière, 1929)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]